Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mai 18
Bulletin

Ysaora Thibus va livrer, lundi 13 mai, le combat le plus important de sa carrière. La Française de 32 ans doit expliquer devant le tribunal disciplinaire de la Fédération internationale d’escrime (FIE) pourquoi de l’ostarine, une substance anabolisante, a été détectée dans son corps lors d’un contrôle antidopage réalisé à la mi-janvier.

La championne du monde 2022 de fleuret en individuel, qui représente l’une des meilleures chances de médaille d’or pour l’escrime tricolore aux Jeux olympiques de Paris, abat devant ses pairs l’une de ses dernières cartes pour espérer concourir sous la coupole du Grand Palais le 28 juillet.

Qu’est-il reproché à Ysaora Thibus ?

L’escrimeuse est suspendue provisoirement depuis le 8 février à la suite d’un contrôle antidopage positif à l’ostarine réalisé lors du challenge Mazars, à Paris, le 14 janvier. Détectée au début des années 2010 dans le sport international, cette substance anabolisante – qui augmente donc la masse musculaire – est interdite depuis 2015 par l’Agence mondiale antidopage (AMA). Elle s’administre par voie orale (comprimé, gélule, liquide).

L’ostarine a certes été détectée en petites quantités dans l’organisme d’Ysaora Thibus, mais la règle est claire : il y a violation de la législation antidopage dès lors que des traces, mêmes infinitésimales, sont retrouvées, et même si le sportif a fait preuve de négligences ou affirme ne pas avoir absorbé intentionnellement le produit dopant ; ces deux derniers cas peuvent toutefois atténuer la peine encourue.

En vertu du principe propre à la lutte antidopage de la responsabilité objective, le sportif est tenu responsable des substances retrouvées dans son corps. Il lui revient donc de prouver qu’il ne s’est pas dopé. Une tâche difficile, tant repose sur l’athlète une forme de « présomption de culpabilité ».

Quelle est la défense de l’escrimeuse ?

La tireuse, qui, dans un communiqué le 20 février, a nié « avec la plus grande fermeté [s]’être administrée la moindre substance dopante », plaide la contamination par « échange de fluides corporels » avec son compagnon, l’ancien fleurettiste américain Race Imboden. Dès l’annonce de son contrôle positif, la vice-championne olympique 2021 par équipes avait renoncé à l’analyse de l’échantillon B, afin de « présenter sa défense dans le cadre d’une procédure accélérée », seule chance pour elle de participer aux Jeux de Paris.

Ysaora Thibus doit prouver au tribunal disciplinaire de la FIE que les concentrations d’ostarine détectées dans son corps sont si faibles qu’elles ne peuvent être le fait de prises répétées, caractéristique d’une pratique dopante. Mais elles peuvent être les résidus d’un produit dopant en cours d’élimination. Pour écarter cette possibilité, les analyses capillaires – véritable « carbone 14 » de l’antidopage – de l’athlète doivent se révéler négatives.

Il lui faut également prouver que son partenaire en contient des quantités suffisamment importantes pour déterminer qu’il est bien la source de la contamination.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Paris 2024 : Ysaora Thibus, escrimeuse à la pointe des combats

C’est ce qu’elle s’est employée à démontrer. Pour sa défense, la Française s’est attaché les services d’un duo d’experts scientifiques reconnus, Gérard Dine et Jean-Claude Alvarez. Directeur du laboratoire de toxicologie de Garches (Hauts-de-Seine), le professeur Alvarez a notamment permis à la Roumaine Simona Halep, ancienne numéro un mondiale de tennis, de voir sa peine réduite à neuf mois de suspension après un contrôle positif au roxadustat.

Selon le clan Thibus, Race Imboden aurait donc ingurgité un complément alimentaire qui contenait de l’ostarine avant de contaminer sa partenaire. Le 7 mai, le journal L’Equipe expliquait comment l’escrimeuse et ses proches ont reconstitué heure par heure, comme pour une scène de crime, la journée du 14 janvier pour accréditer la thèse de la contamination involontaire.

Quelle sanction risque la fleurettiste ?

La cheffe de file de l’équipe féminine de fleuret risque jusqu’à quatre ans de suspension, selon le code mondial antidopage, qui fixe les sanctions en fonction de la nature des produits dopants. L’ostarine est une substance dite « non spécifiée » selon l’AMA, c’est-à-dire qui ne peut être prise par erreur ou par inadvertance. En cas de prise avérée, la sanction applicable est donc plus lourde que pour une substance dite « spécifiée ».

Newsletter

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

S’inscrire

Une suspension de quatre ans – réduite à trois si l’athlète reconnaît la violation des règles antidopage – serait probablement synonyme de retraite sportive anticipée pour la Guadeloupéenne, pour qui les Jeux de Paris représentent le dernier grand objectif de carrière.

En revanche, si Ysaora Thibus parvient à prouver la contamination par un tiers – un moyen de défense « à la mode » dans le monde du dopage –, elle pourrait voir sa sanction réduite, voire annulée. L’argument avait permis à la vice-championne olympique de canoë en ligne canadienne Laurence Vincent-Lapointe et à la joueuse américaine de softball Madilyn Nickles de voir leurs suspensions levées en 2020, après des contrôles positifs au ligandrol, un agent anabolisant de la même famille que l’ostarine.

L’argument de la contamination croisée (un baiser) avait également permis au joueur de tennis Richard Gasquet d’être blanchi après un contrôle positif à la cocaïne en 2009.

A-t-elle une chance de participer aux Jeux ?

Première victoire pour la Française : elle a réussi à réduire le délai de six mois maximum du tribunal disciplinaire de la FIE pour tenir une audience. Le temps n’en est pas moins compté pour la fine lame tricolore. Car la FIE ou l’Agence mondiale antidopage – critiquée ces derniers jours pour sa complaisance supposée à l’égard de nageurs chinois – pourraient faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) d’une éventuelle décision favorable à Ysaora Thibus.

Rien ne garantirait alors que le TAS instruise son dossier avant le 5 juillet, date à laquelle la Fédération française d’escrime a repoussé l’annonce de la sélection de fleuret féminin ; soit juste avant la validation, le 8 juillet, de la liste complète de la délégation tricolore aux Jeux.

Lire aussi | Paris 2024 : en escrime, des sélections olympiques sans surprise en sabre femmes et fleuret hommes

Des spécialistes de l’antidopage se montrent également sceptiques sur la défense avancée par Ysaora Thibus. Comment Race Imboden, avec son passé d’ancien escrimeur international, a-t-il pu ignorer qu’il risquait de contaminer sa partenaire en consommant des compléments alimentaires contenant de l’ostarine, se demande le docteur Jean-Pierre Mondenard. D’autant que l’Américain est aussi l’un des coachs de la championne. La contamination par conjoint est « un risque connu depuis des années », soutient le spécialiste des questions de dopage, selon qui l’argument n’est « plus recevable ».

Enfin, dans quelles conditions physiques et psychologiques Ysaora Thibus aborderait-elle les Jeux si elle venait à être blanchie ? Sa suspension provisoire lui interdit de s’entraîner dans les structures fédérales – elle continue de le faire au sein de sa propre cellule d’entraînement – et de se mesurer à la concurrence internationale lors de compétitions préparatoires.

L’affaire semble déjà entendue pour un cadre sportif français, résigné : « Ça fait chi…, ça fait une médaille d’or en moins. »

Notre sélection d’articles sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Retrouvez tous nos contenus sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 :

Le déploiement de la lutte antidrone pour les Jeux face aux incertitudes sur l’efficacité du système

Les périmètres de sécurité de la cérémonie d’ouverture à la loupe

La médecine d’urgence aussi se prépare pour les Jeux olympiques

Le risque de cyberattaques durant les Jeux « fait vraiment peur » au système de santé francilien

Cyberattaques, arnaques et désinformation, les menaces en ligne qui pèsent sur les Jeux olympiques de Paris

QR code, périmètre antiterroriste… Gérald Darmanin précise le dispositif de sécurité pour la cérémonie d’ouverture

La région Ile-de-France ne dit « pas non » au financement du transport des accrédités pendant les Jeux

Les aéroports de Roissy et d’Orly face au défi des Jeux olympiques et paralympiques

Faut-il craindre le pire dans les transports en Ile-de-France ?

Les transports pendant les JO 2024 à Paris : de l’euphorie des promesses au choc de la réalité

Paris 2024 : relever le défi des transports, une épreuve avant l’heure

Deux chantiers pour les Jeux olympiques sont encore suivis de « très, très près »

Le village olympique de Paris 2024 prend ses quartiers en Seine-Saint-Denis

Un contre-la-montre logistique au village olympique pour le Comité d’organisation

Bernard Thibault : « Pour les Jeux 2024, notre objectif est de démontrer que les grands événements ne sont pas incompatibles avec des droits sociaux élevés

  • La préparation des athlètes

La volleyeuse Lucille Gicquel révise ses gammes en Turquie avant la grande première olympique de l’équipe de France

Aux Jeux paralympiques de Paris, Cyrille Chahboune et les volleyeurs français seront assis pour la première fois

 Janja Garnbret, « meilleure grimpeuse de tous les temps » et icône en Slovénie

Inauguration et bain de foule pour Clarisse Agbégnénou avant la dernière ligne droite de sa préparation olympique

Le parcours du marathon chamboule les habitudes d’entraînement des athlètes

A quatre mois des JO de Paris 2024, tous les voyants sont au vert pour « le roi de la natation » Léon Marchand

La France a-t-elle vraiment les moyens de briller au classement des médailles ?

Simone Biles en route vers Paris 2024 : « Je me fais vieille et j’ai plus à perdre »

  • La question de la présence des athlètes russes et biélorusses

En Russie, le mouvement sportif se déchire sur sa participation aux JO

« Tous les ingrédients sont réunis pour rejouer un épisode de la longue histoire des boycotts olympiques »

Thomas Bach, président du CIO : « L’agressivité du gouvernement russe grandit de jour en jour, contre le Comité, contre les Jeux, contre moi »

La billetterie populaire de l’Etat et des collectivités locales au défi de la logistique

Le gouvernement a du mal à distribuer ses billets gratuits auprès des personnes en situation de handicap

Le Comité d’organisation assure avoir bouclé plus de 90 % du budget de ses recettes

Tony Estanguet confirme qu’il y a eu des hausses de rémunérations à la direction du Comité d’organisation des Jeux

En quête d’économies, les organisateurs des Jeux sollicitent l’aide de collectivités partenaires

  • Les enquêtes judiciaires en cours

Tony Estanguet, le patron des Jeux, à son tour dans le viseur de la justice

Les « quatre mousquetaires » du comité d’organisation ciblés par le PNF

  • Le relais de la flamme olympique

Certaines communes s’irritent des exigences et des coûts liés à l’accueil du relais de la flamme

Le gouvernement appuie sur l’accélérateur pour combler les retards d’accessibilité

  • La Seine-Saint-Denis et les Jeux

Au lycée professionnel Arthur-Rimbaud de La Courneuve, une « option JO » contre le décrochage scolaire

Le centre aquatique olympique, une piscine XXL pour la Seine-Saint-Denis

La Courneuve entre enthousiasme et inquiétude vis-à-vis de la transformation du parc Georges-Valbon

Le Red Star Rugby de Saint-Ouen privé de stade à cause des Jeux

Une île, un maire écolo et « la chance » de bénéficier des Jeux

  • Paris à l’heure des Jeux

Après la réquisition de leurs logements, des étudiants pas encore fixés sur leur sort

A l’approche des Jeux, les associations de lutte contre la pauvreté craignent un « nettoyage social »

Inauguration enthousiaste pour l’Adidas Arena, la nouvelle salle de la porte de la Chapelle

  • Les Jeux, ce n’est pas seulement Paris et la Seine-Saint-Denis

L’arrivée de la flamme olympique « ne pouvait pas se passer ailleurs qu’à Marseille »

A J-55, la Meuse essaye de mobiliser ses habitants avant le passage de la flamme olympique

A la Martinique et à la Guadeloupe, la fièvre olympique monte à distance

En Polynésie, Teahupoo se réjouit d’accueillir les Jeux olympiques 2024 mais redoute le surtourisme

  • Les enjeux environnementaux

Le bassin d’Austerlitz, dispositif-clé pour rendre la Seine baignable, inauguré

« L’objectif de baisser de 75 % la pollution bactériologique dans la Seine sera atteint », assure la ministre des sports

Les risques d’un été caniculaire font craindre des Jeux olympiques suffocants

Diviser par deux l’empreinte carbone des repas servis aux Jeux : l’autre défi de Paris 2024

Comment les organisateurs des JO comptent faire face à une canicule cet été

  • Les enjeux sociétaux que les Jeux mettent en exergue

Des difficultés de recrutement persistantes à moins de trois mois des Jeux olympiques

L’Etat lance un guide d’accessibilité des Jeux pour les personnes en situation de handicap

Les anti-JO peinent à mobiliser

Loin du faste des JO, la réalité des cours d’EPS dans un collège de Montreuil

A l’heure du sport grande cause nationale, la situation préoccupante des piscines en France

Le sport à l’école cherche encore la bonne formule

Réutiliser ce contenu

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.