Meilleures Actions
Histoires Web mardi, juin 18
Bulletin

L’instauration des playoffs – avec un titre national qui se joue sur une finale – n’aura rien changé. Année après année, les joueuses de l’Olympique lyonnais (OL) ne laissent que des miettes à la concurrence. Vendredi 17 mai à domicile, elles ont remporté un dix-septième titre de championne de France en dix-huit saisons.

Les coéquipières de la capitaine, Wendie Renard, ont une nouvelle fois battu leur rival du Paris Saint-Germain (PSG) grâce à des buts de Delphine Cascarino et de Kadidiatou Diani. Emblème du football tricolore, Renard est la seule joueuse de l’effectif à avoir participé à l’obtention de tous ces titres. En attendant peut-être de remporter le 25 mai, à Bilbao, une neuvième Ligue des champions avec son club de toujours en finale face au FC Barcelone.

Fin avril, l’OL s’était déjà débarrassé des Parisiennes en demi-finales de la Ligue des champions. Les Lyonnaises de l’entraîneure Sonia Bompastor restent donc sur une série de trois victoires consécutives face au club de la capitale et confirment leur statut de bête noire pour l’équipe entraînée par Jocelyn Prêcheur.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Pour relancer le suspense du championnat féminin de football, les playoffs donnent à la D1 des airs de Coupe

Contrairement aux précédentes confrontations, le PSG a pourtant débuté idéalement la partie. Certainement en suivant une consigne de leur coach, qui regrette souvent la pression instaurée d’emblée par son adversaire. Dès la 4minute de jeu, la meilleure joueuse de Division 1, Tabitha Chawinga, part en profondeur et prend de vitesse Vanessa Gilles. La buteuse malawite adresse le premier tir du match, au-dessus des buts de la gardienne lyonnaise, Christiane Endler.

L’erreur de Katarzyna Kiedrzynek

Progressivement, les favorites lyonnaises entrent dans leur finale. Et c’est une merveilleuse ouverture depuis le milieu de terrain de Daniëlle van de Donk qui prend à revers la défense du PSG, jusque-là bien aidée par le positionnement en faux libéro lors des phases défensives de leur capitaine, Grace Geyoro. La diagonale de la Néerlandaise trouve Cascarino en profondeur. Cette dernière ne laisse aucune chance à Jade Le Guilly et à la gardienne parisienne, Katarzyna Kiedrzynek, pas très inspirée sur cette action (18e, 1-0).

Le 20 avril, en demi-finales aller de la Ligue des champions, le PSG avait mené de deux buts avant d’être renversé en dix minutes. Huit jours plus tard, l’OL avait immédiatement pris les devants en marquant dès la troisième minute de jeu. Cette fois-ci, le scénario se répète, d’autant plus que le break intervient seulement quatre minutes plus tard.

Lire l’entretien | Article réservé à nos abonnés Football : pour développer l’OL féminin, sa nouvelle propriétaire veut construire « un stade de 10 000 à 15 000 places » à Lyon

Déjà fautive de la même manière en demi-finales contre le Paris FC, Kiedrzynek fait de nouveau preuve d’une erreur grossière. La Polonaise tergiverse, ballon au pied, et se le fait chiper par Melchie Dumornay. L’Haïtienne joue intelligemment en retrait pour Kadidiatou Diani qui double le score (22e, 2-0). L’ex-attaquante du PSG assomme les joueuses parisiennes.

La réaction des visiteuses est timide. Chawinga frappe de l’extérieur du pied en pleine surface de réparation mais Endler repousse la tentative (35e). Les Parisiennes peinent à déclencher la révolte. A l’inverse, au retour des vestiaires, l’OL est proche d’inscrire un troisième but grâce à Amel Majri, entrée en jeu à la pause à la place de Damaris Egurrola. L’ailière française est signalée hors-jeu alors qu’elle avait trompé la gardienne adverse.

Kadidiatou Diani blessée

Alors que le sort de cette finale semble scellé, Tabitha Chawinga, imprécise mais omniprésente, ravive l’espoir des Parisiennes. Servie par Sakina Karchaoui, sa première tentative est repoussée du pied par Christiane Endler. Mais Vanessa Gilles manque le ballon et offre involontairement une deuxième chance à Chawinga qui réduit le score (2-1, 73e).

Lire aussi | « Les Lyon-PSG, les matchs de plus haut niveau de ma vie », pour Tabitha Chawinga, meilleure joueuse de la saison et globe-trotteuse du football

Peu de temps avant, Kadidiatou Diani était sortie sur blessure, remplacée par l’Allemande Dzsenifer Marozsan (72e). A l’heure de jeu, c’est l’autre buteuse lyonnaise qui cède sa place à Vicki Becho. Côté parisien, Prêcheur remplace Korbin Albert par Lieke Martens (63e) et Jade Le Guilly par Thiniba Samoura (70e).

Newsletter

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

S’inscrire

Les Parisiennes jettent leurs dernières forces dans la bataille. Sans parvenir à se montrer réellement dangereuses afin d’égaliser. Malgré un dernier tir de Chawinga, les quatre minutes de temps additionnel ne suffisent pas à changer le cours de cette saison à rallonge. Devant plus de 15 000 spectateurs acquis à leur cause, les Lyonnaises célèbrent une nouvelle fois leur suprématie nationale. Dans une semaine, elles feront face à un défi de taille contre les championnes d’Europe en titre, les redoutables Barcelonaises.

Réutiliser ce contenu

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.