Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mai 18
Bulletin

Une enquête a été ouverte pour dégradations aggravées après que des mains rouges ont été taguées sur le Mur des Justes à l’extérieur du Mémorial de la Shoah à Paris, a annoncé, mercredi 15 mai, le parquet de la capitale. « L’enquête portant sur l’infraction de dégradations volontaires sur un bien classé et en raison de l’appartenance à une nation, ethnie, race ou religion, a été confiée à la sûreté territoriale de Paris », a précisé le ministère public.

Dans la nuit de lundi à mardi, « des individus cagoulés ont dégradé le Mur des Justes », où sont apposées des plaques listant les 3 900 hommes et femmes qui ont contribué à sauver des juifs pendant la seconde guerre mondiale, avait annoncé mardi matin le Mémorial de la Shoah, qui a déposé plainte. Les tags représentant des mains rouges, peintes sur ce Mur des Justes qui se situe dans l’allée jouxtant le Mémorial, ont été effacés ensuite.

« Atteinte à la mémoire »

Une dizaine d’autres lieux ont également été tagués dans le quartier du Marais, du « type écoles ou crèches », a précisé mardi Ariel Weil, le maire PS de Paris Centre, secteur qui regroupe les quatre premiers arrondissements de la capitale. La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a expliqué avoir procédé au signalement à la procureure de Paris de ces actes « potentiellement constitutifs du délit d’injure publique à caractère antisémite ».

Le symbole des « mains rouges » avait été au cœur d’une polémique fin avril lorsque des étudiants de Sciences-Po Paris avaient exhibé leurs paumes peintes en rouge devant l’école, comme un appel au cessez-le-feu dans la bande de Gaza selon eux. Mais plusieurs voix s’étaient élevées pour dénoncer une allusion au lynchage de deux soldats israéliens à Ramallah en 2000 par des Palestiniens.

Emmanuel Macron a dénoncé mardi soir « l’atteinte à la mémoire » des victimes de la Shoah et des Justes et promis une République « inflexible face à l’odieux antisémitisme ». Cet acte intervient sur fond de flambée des actes antisémites (+ 300 %, selon le premier ministre, Gabriel Attal).

Le Grand rabbin de France, Haïm Korsia, a dénoncé un « odieux outrage à la mémoire de millions de personnes mortes pendant la Shoah ». Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées mardi soir devant le Mur des Justes à l’extérieur du Mémorial de la Shoah à Paris.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le Mémorial de la Shoah distingue ces rares diplomates qui furent des « Justes »

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.