Meilleures Actions
Histoires Web mardi, juin 18
Bulletin

L’assemblée générale des actionnaires de Boeing se tient, vendredi 17 mai, dans un climat difficile. Cela fait maintenant plus de cinq ans que l’avionneur américain fait régulièrement, malgré lui, la une de l’actualité. Il y a eu d’abord les deux crashs des 737 MAX de la Lion Air et d’Ethiopian Airlines, en octobre 2018 puis en mars 2019, qui, au total, avaient causé la mort de 346 passagers et membres d’équipage.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Boeing : le Sénat américain à l’écoute des lanceurs d’alerte

Depuis plusieurs mois, ce sont des accidents et incidents à répétition qui mettent à nouveau en cause les méthodes de production de l’avionneur, la stratégie de sa direction, mais aussi la perte de savoir-faire, d’expérience et de conscience professionnelle des membres de son personnel. Le dernier incident en date est survenu jeudi 16 mai, en Indonésie : un Boeing 747 a dû faire demi-tour immédiatement après le décollage, l’un de ses moteurs ayant pris feu. A cette succession de déboires s’ajoutent les révélations de lanceurs d’alerte, lors d’auditions au Congrès des Etats-Unis, sur des défauts de conception, des errements dans la production et de « graves problèmes » de sécurité.

Il n’empêche, encore aujourd’hui, personne ne se risque, parmi les compagnies aériennes, les fournisseurs, ou même du côté du concurrent Airbus, à égratigner Boeing. Du moins ouvertement. Il est évident que « l’impact sur la réputation de Boeing est très sévère, même colossal, auprès des industriels et des compagnies aériennes », s’emporte Stéphane Albernhe, président du cabinet de conseil Archery Strategy Consulting. Mais, ajoute-t-il, en Europe comme aux Etats-Unis, « l’aéronautique est une industrie stratégique, alors tout le monde se serre les coudes. On ne tire pas sur l’ambulance ». Lorsque le 737 MAX avait été interdit de vol pendant des mois, avec des conséquences terribles pour toute la chaîne de fournisseurs, aucune voix ne s’était élevée pour accabler l’avionneur américain.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Boeing, enlisé dans une double crise financière et industrielle, joue sa crédibilité

Sous couvert d’anonymat, le patron d’une compagnie aérienne est certain que la crise chez Boeing « aura un impact majeur sur l’industrie aéronautique [et] sur la capacité du transport aérien à atteindre ses perspectives de trafic de trafic ». Le groupe a été contraint de ralentir ses cadences de production et, partant, d’allonger ses délais de livraison. « Tous les plans de croissance des compagnies aériennes sont liés au nombre de sièges proposés », explique ce dirigeant. Un autre renchérit : « C’est un traumatisme. Personne n’aurait pu imaginer que ces problèmes pouvaient arriver à Boeing. »

Il vous reste 41.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.