Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mai 18
Bulletin

Louis Le Franc, haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, évoque une situation « insurrectionnelle »

Malgré le couvre-feu mis en place à Nouméa, les graves violences qui ont débuté lundi dans tout l’archipel ont repris mardi soir dès la nuit tombée, marquée par de nombreux incendies, pillages et échanges de tirs, y compris contre les forces de l’ordre.

« On est dans une situation que je qualifierais d’insurrectionnelle » qui peut prendre une « forme de guerre civile », s’est inquiété Louis Le Franc. « L’heure doit être à l’apaisement (…) l’appel au calme est impératif. »

Des « centaines » de personnes ont été blessées, dont une « centaine » de policiers et gendarmes, a déclaré Gérald Darmanin, mercredi matin sur RTL. Parmi eux, on compte notamment 47 gendarmes et 14 policiers blessés par des cailloux « visant la tête », a précisé M. Le Franc.

Des « milliers » de jeunes de 15 à 25 ans ont, selon le représentant de l’Etat dans l’archipel, convergé sur l’agglomération de Nouméa, « de manière échelonnée », et « la population est terrorisée ». L’Etat accuse ceux qui tiennent la rue d’être dirigés par la cellule de coordination des actions de terrain (CCAT) du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS). La CCAT a démenti mardi « avoir jamais donné l’ordre de piller des magasins ».

Mercredi, le haut-commissaire a aussi fait état d’« échanges de tirs de chevrotine entre les émeutiers et les groupes de défense civile à Nouméa et Païta » et dit avoir fait intervenir les policiers d’élite du RAID pour arrêter un groupe d’émeutiers qui se dirigeait vers un dépôt de gaz.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.