Meilleures Actions
Histoires Web mardi, juin 18
Bulletin

« Tu commets une faute, Jacques, une lourde faute. Je devrais te mettre mon poing dans la gueule. » Ainsi parlait Pierre Mazeaud, député gaulliste historique, prenant au collet son ami Jacques Chirac, qui venait de lui annoncer sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale, le 21 avril 1997. Juriste chevronné, M. Mazeaud estimait qu’il s’agissait d’une « dissolution de convenance », incompatible avec l’esprit de l’article 12 de la Constitution. A ses yeux, elle était justifiée pour François Mitterrand après son élection en 1981 et sa réélection en 1988 car il était alors confronté à des majorités de droite, donc incapable de gouverner.

Lire aussi (1997) | Article réservé à nos abonnés Assemblée nationale : Comment Jacques Chirac a laissé venir à lui la dissolution

Mais tel n’était pas le cas en 1997, car le gouvernement d’Alain Juppé pouvait s’appuyer sur une confortable majorité de 484 sièges issue des élections de 1993. En organisant de nouvelles élections, Chirac voulait rendre cette majorité plus cohérente et disciplinée. Ce fut tout le contraire qui se produisit, car la « gauche plurielle », réunie sous la bannière de Lionel Jospin, remporta haut la main les élections de juin 1997, ce qui conduisit à la troisième cohabitation de la Ve République.

Quelles conclusions tirer de ce précédent historique pour analyser la dissolution surprise annoncée par Emmanuel Macron au soir de la défaite cuisante de son camp aux élections européennes ? A priori, on pourrait estimer, à l’instar de Pierre Mazeaud en 1997, qu’il s’agit d’une dissolution « de convenance », puisque le président dispose encore, à l’heure qu’il est, d’une majorité à l’Assemblée nationale, et que la France ne traverse pas une crise grave justifiant l’usage de l’article 12.

« Respiration démocratique »

Mais ce serait négliger les énormes difficultés de la gouvernance, telles qu’elles se sont posées depuis 2022, dans une situation de majorité relative qui se heurte d’un côté aux ambiguïtés des Républicains et de l’autre à la stratégie de conflictualité paralysante déployée par La France insoumise au Palais-Bourbon. Dans ce contexte d’une France ingouvernable, et par ailleurs pour répondre à une demande sociale de « respiration démocratique » qui ne cesse de monter dans l’opinion, notamment depuis la crise des « gilets jaunes », on peut considérer qu’une dissolution peut largement se justifier. Mieux encore, elle correspond à la notion d’appel au peuple qui est dans le droit-fil de l’interprétation gaullienne des institutions de la Ve République.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Dissolution de l’Assemblée : le pari à haut risque d’Emmanuel Macron pour relancer son quinquennat après l’échec aux européennes

Est-ce pour autant un bon calcul politique de la part d’Emmanuel Macron, au moment où une majorité de Français viennent d’exprimer un cinglant désaveu de sa politique, et peut-être plus encore de sa personnalité ? Une enquête réalisée fin 2023 par l’institut Ipsos indiquait que le Rassemblement national [RN] pourrait recueillir entre 243 et 305 sièges lors des élections législatives, donc au moins une majorité relative, et peut-être même une majorité absolue. Auquel cas il semblerait difficile à Emmanuel Macron de ne pas appeler à Matignon Jordan Bardella, candidat désigné par son parti pour assumer cette fonction. Ce serait la première fois qu’un responsable de l’extrême droite française se retrouverait en situation de gouverner la France, si l’on excepte les ultras de la Restauration ou les ministres de Vichy… dont certains venaient de la gauche.

Il vous reste 49.1% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.