Meilleures Actions
Histoires Web lundi, mars 4
Bulletin

Alors que les Français vont voir leurs factures d’électricité augmenter d’un peu moins de 10 % le 1er février, c’est une flambée d’une autre ampleur qui affole le secteur des télécoms. A compter du 1er mars, tous les opérateurs du pays, aussi bien les trois plus gros alternatifs (Bouygues Telecom, Free et SFR) que les dizaines d’acteurs plus petits, pour les particuliers ou les entreprises, paieront de 67 % à 72 % plus cher le passage de leurs lignes de fibre optique dans les fourreaux ou sur les poteaux d’Orange. En 2025, il augmentera encore de 22 % à 28 %, soit un doublement, en un an, de ce droit d’accès à ces infrastructures de génie civil, incontournables pour tout opérateur télécoms.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Les télécoms européennes en pleine recomposition

« Un monopole qui double ses tarifs du jour au lendemain, c’est du jamais-vu ! », s’époumone Nicolas Aubé, le président fondateur de Celeste, un opérateur pour les entreprises, dont les 12 000 kilomètres de fibre optique passent par les fourreaux et les poteaux d’Orange. Il a chiffré à 3 millions d’euros la hausse de la facture pour sa société.

Pour Nasca, un opérateur régional disposant de 750 kilomètres de lignes, le surcoût sera moindre, de l’ordre de 40 000 euros, mais « la hausse, annoncée par Orange le 8 janvier par mail avec un préavis de quelques semaines seulement, nous oblige à revoir dans l’urgence notre budget annuel », s’agace son président, Nicolas Guillaume, qui craint que ses concurrents les plus fragiles ne puissent absorber le surcoût.

« C’est un tournant dans la régulation »

Pour l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep), dont la décision a été soumise à un double avis de la Commission européenne et de l’Autorité de la concurrence, l’augmentation de ces tarifs n’est pas une surprise. « Le secteur savait depuis longtemps que la part des coûts du génie civil alloués à la fibre optique augmenterait au moment où celle-ci serait déployée. Une note avait été publiée en 2017 pour expliquer le mode de calcul », rappelle Anne Yvrande-Billon, directrice économie, marchés et numérique à l’Arcep.

Ces tarifs avaient d’ailleurs déjà augmenté de 40 % entre 2021 et 2022. « Les chiffres transmis par Orange à ses clients sont des éléments de prévisibilité. Il s’agit d’estimations pour 2024 et de plafonds pour 2025 et 2026. Le contrôle des tarifs est exercé par l’Arcep, et les prix validés seront connus le 1er février de chaque année », ajoute-t-elle. Le chiffre devrait toutefois être proche de ces estimations. Orange ne fait pas de commentaire.

Il vous reste 50% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.