Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Le sidérurgiste indien Tata Steel va supprimer jusqu’à 2 800 emplois au Royaume-Uni, dans la foulée de la restructuration de son aciérie géante de Port Talbot au Pays de Galles, qu’il veut rendre moins polluante. Il s’agit d’un coup dur pour une région déjà minée par la désindustrialisation.

« Environ 2 500 postes devraient être touchés » dans les dix-huit mois à venir, et 300 autres potentiellement dans les trois années qui arrivent, détaille ainsi un communiqué du groupe. Le sidérurgiste qui compte remplacer ses hauts-fourneaux par un équivalent électrique moins polluant, a reçu des subventions gouvernementales massives.

Tata Steel, qui emploie 8 000 personnes en tout dans le pays, « annonce qu’il va commencer les consultations réglementaires dans le processus de transformation et restructuration de ses activités au Royaume-Uni », d’après son communiqué. Le groupe affirme qu’il va ainsi « sécuriser la plus grande partie de [sa] capacité de production » dans le pays tout en « réduisant ses émissions de CO2 ».

Mercredi, une source proche du dossier avait déclaré à l’Agence France-Presse qu’environ 3 000 suppressions de postes étaient à prévoir, qui toucheront principalement l’usine de Port Talbot. Dans le cadre de son plan, Tata déclare par ailleurs que ses deux hauts-fourneaux et fours à coke (destinés à la cokéfaction du charbon) de Port Talbot « à fortes émissions » de CO2, « vont fermer graduellement avec le premier haut-fourneau fermant vers la mi-2024 », et le reste d’ici la fin de l’année.

Tata précise par ailleurs qu’après « avoir discuté avec les syndicats, il a accepté de continuer à faire fonctionner le laminoir à chaud de Port Talbot ». La restructuration portera sur plusieurs autres sites à travers le pays, jusqu’en 2025 compris.

Un investissement de 1,25 milliard de livres (1,45 milliard d’euros) est prévu pour l’installation d’un fourneau électrique et la modernisation des infrastructures de Tata Steel pour « assurer une production de long terme de haute qualité chez le principal sidérurgiste du Royaume-Uni », détaille encore le communiqué.

« Le gouvernement va continuer à soutenir le personnel affecté par ces décisions »

Le gouvernement britannique s’est engagé à injecter jusqu’à 500 millions de livres dans ce projet d’investissement, le reste étant apporté par Tata, qui va aussi financer un plan d’aide à l’emploi. « Nous sommes déterminés à assurer un avenir compétitif et durable pour le secteur britannique de la sidérurgie », a commenté un porte-parole du gouvernement britannique conservateur.

Le premier ministre, Rishi Sunak, « sait que c’est une période d’inquiétude » pour les employés de Tata Steel et leurs familles, « et c’est pour cela que le gouvernement va continuer à soutenir le personnel affecté par ces décisions », a assuré un porte-parole de Downing Street vendredi.

Le Monde Guides d’achat

Gourdes réutilisables

Les meilleures gourdes pour remplacer les bouteilles jetables

Lire

Jugeant la décision de Tata « extrêmement décevante », le syndicat GMB a twitté vendredi : « On ne peut pas laisser fermer Port Talbot. Le Royaume-Uni doit monter au créneau et protéger cette industrie. » « Nous ne pouvons pas nous retrouver à dépendre d’importations d’acier de moindre qualité et bien plus émetteur de carbone », ajoute le syndicat.

Gavin Moule, qui se dit de la troisième génération de sa famille à travailler pour le sidérurgiste, a dit, les larmes aux yeux sur la BBC, que les annonces du sidérurgiste sont « dévastatrices pour la communauté » locale. « Il n’y a personne sur cette planète qui ne veut pas aller vers plus d’écologie, mais on nous avait promis une transition juste. Et tout ceci est si soudain », a-t-il argumenté. « Nous voulons tous un avenir pour cette usine. Il y a un avenir pour elle », a-t-il poursuivi en promettant que la main-d’œuvre du groupe allait « se battre ».

Lire aussi | Des militants de Greenpeace forcent les barrières d’une usine métallurgique de Tata Steel aux Pays-Bas

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.