Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, juillet 17
Bulletin

Taïwan a indiqué mercredi 10 juillet avoir détecté depuis 05 h 20 (23 h 30 heure de Paris) autour de l’île 37 appareils militaires chinois, dont des avions de chasse, des bombardiers et des drones, qui se dirigeaient vers le « Pacifique occidental » pour rejoindre un porte-avions chinois dans le cadre d’exercices militaires.

Sur les 37 appareils militaires, 36 ont franchi la ligne médiane du détroit de Taïwan, qui coupe en deux ce détroit de 180 kilomètres de large entre l’île et la Chine continentale, selon le ministère de la défense. Ces avions ont emprunté « nos espaces aériens sud et sud-est » pour rejoindre « le porte-avions Shandong dans le cadre d’un entraînement maritime et aérien », selon la même source.

Le ministre de la défense Wellington Koo a affirmé à la presse que le porte-avions « n’est pas passé par le canal de Bashi », une voie navigable située au large de la pointe sud de Taïwan par laquelle les navires chinois transitent habituellement en direction de l’océan Pacifique. « Il est allé plus au sud, dans le canal de Balintang, en direction du Pacifique occidental », a-t-il ajouté, en référence à cette voie maritime située au nord de l’île de Babuyan, aux Philippines, à environ 250 kilomètres au sud de Bashi.

La Chine revendique Taïwan comme faisant partie de son territoire et a déclaré qu’elle ne renoncerait jamais à l’usage de la force pour prendre contrôle de l’île démocratique. Le ministère de la défense a ajouté que les forces armées de l’île avaient surveillé la situation et déployé des « avions, navires, ainsi que des systèmes de missiles côtiers ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés En Asie, les tensions entre les deux Corées inquiètent davantage que la guerre en Ukraine

Soutien « ferme » de Washington

Cette incursion chinoise dans les environs de Taïwan intervient au lendemain d’une déclaration de l’état-major interarmées du Japon indiquant que quatre navires de la marine chinoise, dont le porte-avions Sandong, naviguaient en mer à 520 kilomètres au sud-est des îles Miyako. Le porte-avions Shandong a été « observé en train de faire atterrir et décoller des avions de combat et des hélicoptères à son bord », a-t-il indiqué dans un communiqué, mardi.

Pékin a intensifié la pression sur Taipei ces dernières années et a organisé des exercices militaires autour de l’île en mai, après l’investiture de Lai Ching-te, que Pékin considère comme un « dangereux séparatiste ». Mercredi, M. Lai a rencontré Raymond Greene, le nouveau directeur de l’Institut américain à Taïwan − ambassade de facto de Washington à Taipei −, et a souligné leur « solide partenariat (…) au milieu des provocations répétées de la Chine et de ses tentatives de changer le statu quo dans le détroit de Taïwan ».

Si Washington reconnaît Pékin au détriment de Taipei comme pouvoir légitime depuis 1979, les Etats-Unis restent l’allié le plus puissant de l’île et son principal fournisseur d’armes. M. Greene a déclaré mercredi que Washington continuerait à « soutenir fermement la capacité de Taïwan à se défendre ». « Nous avons un intérêt commun et à long terme à maintenir la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan. C’est vital pour la prospérité de la région Indo-Pacifique, ainsi que pour la sécurité mondiale », a-t-il déclaré lors de sa rencontre avec M. Lai.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés A Taïwan, le Parlement s’attribue de nouveaux pouvoirs de contrôle du gouvernement

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.