Meilleures Actions
Histoires Web vendredi, mars 1
Bulletin

Un homme a pris en otages quinze passagers d’un train qui circulait dans l’ouest de la Suisse dans la soirée du jeudi 8 février. Le suspect a été « mortellement blessé » lors d’un assaut de la police et les personnes qu’il retenait ont été libérées saines et sauves.

Le preneur d’otage serait un « demandeur d’asile » iranien âgé de 32 ans qui était armé d’une hache et d’un couteau et qui parlait le farsi et l’anglais, a précisé le porte-parole de la police cantonale vaudoise Jean-Christophe Sauterel, au cours d’un point de presse. « A ce stade de l’enquête, les motivations de l’auteur ne sont pas connues », ont encore indiqué les autorités.

Quand on leur a demandé si la guerre entre Israël et le Hamas pouvait avoir joué un rôle dans cette attaque, ni les policiers ni les procureurs présents à la conférence de presse n’ont voulu s’avancer.

Le porte-parole a insisté sur le fait que l’identité du preneur d’otage était encore au conditionnel, le temps de faire toutes les vérifications nécessaires.

Si elle est confirmée, l’identité de l’auteur devrait apporter de l’eau au moulin de l’UDC, le premier parti de Suisse, qui fait campagne en permanence pour dénoncer les crimes et délits commis par des étrangers et réclamer une politique plus sévère à l’égard des demandeurs d’asile.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Suisse, la droite populiste donne le ton de la campagne législative

Un forcené armé d’une hache

Le preneur d’otage a été abattu par un policier alors qu’il fonçait sur lui avec une hache, le groupe d’intervention qui a réussi à monter à bord du train immobilisé ayant réussi à s’interposer entre l’attaquant et les otages. Ils étaient quinze au total, quatorze passagers et le conducteur de la rame. La prise d’otage a commencé jeudi vers 18 h 35 et s’est achevée aux alentours de 22 h 30.

L’auteur présumé a d’abord forcé le conducteur de la rame arrêtée en gare d’Essert-sous-Champvent − à une demi-douzaine de kilomètres d’Yverdon non loin du lac de Neuchâtel − à quitter son poste et à rejoindre les autres passagers.

Les forces de l’ordre ont été alertées par ces derniers et les négociations avec le preneur d’otage se sont en partie déroulées par la messagerie WhatsApp et par le biais d’un interprète parlant le farsi, la langue majoritaire en Iran.

Une soixantaine de policiers mobilisés

Les autorités ont finalement pris la décision de donner l’assaut et les policiers sont entrés en action aux alentours de 22 h 15. Un clip vidéo diffusé sur le réseau social X montre la rame immobilisée dans la nuit avant plusieurs fortes explosions très lumineuses, une manœuvre des policiers pour arriver à éloigner le preneur d’otage de ses victimes, a expliqué M. Sauterel.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Le procureur de service et le procureur général du canton de Vaud se sont rendus immédiatement sur place et une instruction pénale a été ouverte. Au total, une soixantaine de policiers ont été engagés. Les groupes d’intervention du canton et de la ville de Lausanne ont été appuyés par des tireurs d’élites de la police cantonale genevoise.

Les prises d’otage sont assez rares en Suisse, surtout de cette ampleur. Les dernières à avoir défrayé la chronique avaient des motivations crapuleuses.

Ainsi en janvier 2022, des malfrats avaient pris en otage un couple et deux employés d’une entreprise pour gagner accès aux coffres où étaient entreposés des métaux précieux, mais ils avaient finalement fui sans leur butin. En novembre 2021, un directeur d’une entreprise horlogère avait été pris en otage à son domicile avec des membres de sa famille. Après avoir dérobé de l’or de son entreprise, les six preneurs d’otage avaient fui en France voisine.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Suisse, la xénophobie décomplexée progresse dans les urnes

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.