Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, février 21
Bulletin

Plus rien n’arrête Cyprien Sarrazin. Celui qui n’avait jamais gagné en descente il y a encore trois semaines vient de s’offrir la plus belle de toute, à Kitzbühel. Sur le mythique Streif autrichien, le skieur français s’est montré le plus rapide, vendredi 19 janvier, en devançant l’Italien Florian Schieder de 5 centièmes et le leader de la Coupe du monde, le Suisse Marco Odermatt, de 34 centièmes.

Après Jean-Claude Killy, vainqueur en 1967, et Luc Alphand, en 1995 et en 1997, il est le troisième Français à vaincre sur la prestigieuse piste autrichienne. En retard pendant une grande partie de la course, Sarrazin a été le plus rapide lors de la dernière portion. « Ce n’était pas une course parfaite mais je finis avec tout mon cœur, a-t-il réagi. Je savais qu’il fallait que je finisse vite. Je ne veux pas vous donner mon secret. Je le garde pour moi, il y en a encore une course demain. »

Reconverti dans les disciplines de vitesse depuis 2022, Cyprien Sarazzin, 29 ans, remporte une deuxième victoire en descente après celle décrochée à Bormio en décembre. Le skieur du Dévoluy (Hautes-Alpes) restait sur deux deuxièmes places consécutives, à Wengen, à chaque fois derrière Odermatt.

Lire aussi | Ski alpin : Cyprien Sarrazin, premier Français à remporter une descente de Coupe du monde depuis huit ans

« Le déclic a eu lieu dans la tête »

Avant le début de l’hiver, Cyprien Sarrazin, ex-spécialiste du slalom géant, ne comptait que deux podiums en Coupe du monde. Il en est désormais à sept, dont cinq podiums réussis obtenus lors des cinq dernières courses qu’il a terminées.

L’an passé, pour sa première descente à Kitzbühel, il avait pris une encourageante dixième place. En devançant Odermatt, jeudi, le skieur tricolore est plus que jamais en course pour le globe de la descente : il recolle désormais à 26 points du leader suisse (une victoire vaut 100 points) au classement. « Avant cette saison, jamais je ne m’étais dit que je jouerais le globe en descente, déclarait-il mercredi en avant-course. Mais c’est vrai que Marco m’en a parlé la dernière fois et il m’a dit que ça allait être une belle bataille, donc oui, pourquoi pas, je ne m’interdis plus de rêver. »

Au classement général de la Coupe du monde (toutes disciplines confondues), Sarrazin est toujours le dauphin de Marco Odermatt, qui compte beaucoup de points d’avance, quasiment le double. Skieur talentueux, le Français s’est libéré cette saison, notamment grâce à un travail mental réalisé avec une psychologue et une préparatrice mentale. Cette dernière lui a provoqué comme un déclic en lui disant simplement quelques jours avant son succès à Bormio « qu’il avait le droit d’être à [sa] place et d’aller gagner ».

Lire aussi | Ski alpin : Cyprien Sarrazin signe sa deuxième victoire de la saison ; rupture des ligaments croisés pour Alexis Pinturault

« Je ne m’étais jamais autorisé à gagner, j’ai toujours eu le syndrome de l’imposteur et là elle me dit ça et trois jours après, bim, le déclic a eu lieu dans la tête », raconte Cyprien Sarrazin. Les années de galère sont dépassées, c’est un tout nouveau skieur qui est en train de dominer la concurrence en compagnie de Marco Odermatt. « Je me suis prouvé et j’ai prouvé à tout le monde que je pouvais être à cette place-là, c’est juste du kif », expliquait-il avant cette nouvelle victoire. Désormais, plus personne ne doute de Cyprien Sarrazin. Pas même lui.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.