Meilleures Actions
Histoires Web lundi, mars 4
Bulletin

Après l’annonce ces dernières années par les constructeurs aéronautiques de grands projets d’avion du futur, c’est plus modestement que le probable moteur des aéronefs de nouvelle génération a commencé à être testé. Pour le découvrir, il faut se rendre à Modane, au fond de la vallée de la Maurienne. C’est dans les locaux de l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (Onera) que le motoriste Safran a démarré la campagne d’essais en soufflerie de son nouveau moteur baptisé Rise, au concept révolutionnaire. En effet, contrairement au Leap développé par CFM, la coentreprise de Safran et de l’Américain GE, qui équipe la totalité des 737 Max et au moins 70 % des A320 Neo, le futur Rise ne sera pas caréné, c’est-à-dire qu’il ressemblera à un moteur à hélices.

Les faits : Article réservé à nos abonnés Safran et General Electric vont développer le moteur de l’avion du futur

Une nouvelle architecture moteur, dite Open fan (hélice ouverte), a été retenue par Safran et GE, pour son surcroît de puissance et la diminution de la traînée. En effet, l’absence de carénage permet d’agrandir le rotor, ou ventilateur, synonyme de gain de puissance, sans alourdir le moteur. L’objectif est d’obtenir le plus fort taux de dilution possible, c’est-à-dire d’engouffrer le plus possible d’air dans le réacteur. « Un paramètre très important pour définir l’efficacité d’un moteur », précise Eric Dalbiès, directeur groupe, stratégie, recherche et technologie et innovation chez Safran à l’occasion d’une visite organisée pour la presse vendredi 19 janvier. Pour y parvenir, le rotor, ou plutôt la soufflante, a vu sa taille doublée par rapport à un moteur d’A320 ou de 737 Max, pour atteindre quatre mètres de diamètre.

Selon M. Dalbiès, le nouveau moteur sera plus sobre et devrait consommer 20 % de kérosène en moins et faire baisser de 20 % ses émissions de C02. Mieux : alimenté avec des carburants d’aviation durables, les SAF, il est même déjà prévu que le Rise soit encore plus performant avec une réduction de sa consommation de 80 %.

Investissements de l’Etat

Si le projet Rise est le plus avancé, il n’est pas le seul. Les autres motoristes, tels Pratt & Whitney ou Rolls Royce, travaillent aussi sur de nouvelles technologies. Les avionneurs réfléchissent à des ailes plus longues, plus fines, plus souples, repliables. Boeing aurait même le projet d’un appareil aux ailes haubanées (dont la structure est renforcée par des haubans extérieurs). In fine, reconnaît M. Dalbiès, « ce sera aux avionneurs de trancher ». Une chose est sûre : malgré son envergure imposante, le Rise devrait encore trouver à se loger sous les ailes des prochains moyen-courriers. Pour le mettre au point, Safran a prévu d’investir un milliard d’euros et l’américain GE devrait, lui aussi, dépenser une somme comparable.

Il vous reste 35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.