Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, février 21
Bulletin

Le commandeur est mort. Le vieux monsieur, longue silhouette émaciée par les années qu’un reste de vent menaçait toujours d’emporter, a longtemps marché à pas lents, entre deux colloques, dans les allées de son cher jardin du Luxembourg, qui s’ouvrait sous les fenêtres de son bel appartement de la rue Guynemer. Il y faisait une courte pause pour acheter un bout de réglisse, dont il était fort gourmand et qu’on lui servait avec respect.

L’austère Robert Badinter, tout cuirassé par le droit et une haute idée de sa mission, s’était adouci avec l’âge, noyé dans des souvenirs et des lectures innombrables, marchant dans les pas de ses ombres familières, Condorcet et Fabre d’Eglantine, à deux pas de ce Sénat, où il a siégé et dont il connaissait tous les détours – au point que c’était à se demander s’il n’avait pas jadis siégé à la Convention. Avec Robert Badinter, qui restera d’abord comme l’homme qui a aboli la peine de mort, s’est éteint, selon les informations du Monde, dans la nuit du 8 au 9 février, à 95 ans, le dernier des héritiers des philosophes des Lumières.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.