Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, juillet 17
Bulletin

Dans la nouvelle Assemblée nationale, le groupe Les Républicains (LR) constitue la quatrième force politique, à distance respectable des trois premières. Alors, quand plusieurs dirigeants LR appellent, mardi 9 juillet, à la nomination d’un premier ministre issu de leur famille, la droite donne l’impression d’être la grenouille qui se prend pour un bœuf dans la fable de La Fontaine. Xavier Bertrand et Olivier Marleix – peu connus pour leur proximité – ont pourtant émis cette idée comme solution afin de sortir le pays de la crise institutionnelle et de faire barrage à une gauche sous domination des « insoumis », selon eux.

« Il nous faut un gouvernement d’urgence avec des LR, des indépendants, le camp d’Emmanuel Macron et, peut-être aussi, des hommes et des femmes de bonne volonté, qui veulent clairement que notre pays ne soit pas paralysé », a expliqué M. Bertrand, sur France 2. Avant même le premier tour des législatives, ce dernier disait au Monde vouloir « imposer une cohabitation à M. Macron ».

Une position désormais partagée par Aurélien Pradié. Bête noire de l’ancienne majorité pour son opposition à la réforme des retraites en 2023, le député du Lot admet lui aussi que, dans un contexte politique inédit, « la seule voie possible, c’est la cohabitation ». Xavier Bertrand, lui, ne va pas jusqu’à déposer son CV dans la boîte aux lettres de l’Elysée, mais l’ancien ministre estime que « si l’on veut qu’il y ait un changement, ça n’est pas un premier ministre issu du camp présidentiel qui doit aller à Matignon ». Selon lui, il s’agit de la seule solution pour « mettre un coup d’arrêt à LFI » et aux ambitions des « insoumis » pour Matignon.

Contrer la menace LFI

Si la droite a sauvé un groupe d’une soixantaine de députés, elle le doit en partie au front républicain contre le Rassemblement national (RN) et parfois même aux désistements de certains candidats « insoumis ». Olivier Marleix a profité de celui d’une socialiste pour sauver son siège en Eure-et-Loire. Dans un entretien au Figaro, l’ex-chef du groupe LR plaide pourtant pour un barrage contre le Nouveau Front populaire (NFP), première force à l’Assemblée nationale. « La priorité est donc de ne pas laisser s’installer un gouvernement avec l’extrême gauche : un gouvernement du Nouveau Front populaire sous tutelle de Jean-Luc Mélenchon, c’est impossible », avance-t-il.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Législatives 2024 : Les Républicains, autres bénéficiaires inattendus du barrage contre l’extrême droite

Pour éviter cette menace, cet anti-macroniste patenté défend aussi l’idée que le président de la République devrait nommer un LR à Matignon. « Je ne parle pas de débauchage individuel, précise-t-il, mais d’un premier ministre capable de composer une majorité incluant ceux qui se réclament de la droite, du centre et des valeurs républicaines. » Mais sans les socialistes, coupables à ses yeux et à ceux d’autres LR, d’être inféodés à LFI. « Nous en avons discuté avec d’autres députés aujourd’hui, poursuit l’élue du Doubs Annie Genevard. Nos électeurs nous demandent d’empêcher l’arrivée de la gauche au pouvoir et l’application de leur programme économique qui serait une catastrophe pour le pays. »

Il vous reste 54.17% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.