Meilleures Actions
Histoires Web lundi, mars 4
Bulletin

A minuit, le lundi 22 janvier, le golfe de Gascogne sera fermé à la pêche jusqu’au 20 février, même heure. L’initiative prise par les pouvoirs publics pour la préservation des cétacés est inédite à cette échelle : elle concerne quatre cents à quatre cent cinquante navires. Elle se présente a priori sous un jour simple.

Les associations environnementalistes se réjouissent de ce répit pour les dauphins et les marsouins qu’elles défendent, pour la faune marine globalement, et donc pour les ressources halieutiques. Depuis 2016-2017, les dauphins, officiellement protégés, meurent chaque année massivement devant la façade maritime ouest de la France, surtout durant cette saison-ci. Pendant l’hiver 2022-2023, 1 482 carcasses de dauphins, communs pour la plupart, se sont échouées sur le littoral, et jusqu’à dix mille individus ont pu couler au fond, selon les estimations scientifiques. Les pêcheurs, eux, sont furieux de ne pas pouvoir travailler pendant quatre semaines.

Le cheminement qui a conduit à la décision de fermer le golfe de Gascogne a connu plusieurs épisodes. Le gouvernement n’avait initialement pas envisagé une mesure aussi radicale, d’autant que cette dernière devra aussi être appliquée en 2025 et en 2026. Cependant, il a dû la mettre en œuvre rapidement, à la suite de l’ordonnance du Conseil d’Etat du 22 décembre 2023.

Nombreuses exemptions

Dans un premier temps, au printemps, la haute juridiction avait enjoint à l’Etat d’agir dans les six mois, afin de réduire l’incidence des activités de pêche sur la mortalité des petits cétacés dans le golfe de Gascogne. Mais l’arrêté qui a suivi ce jugement du 20 mars 2023, paru le 24 octobre et signé par le secrétariat à la mer, comportait trop d’exemptions pour produire l’effet attendu. Saisi à nouveau par quatre associations écologistes – France Nature Environnement (FNE), Sea Shepherd, Défense des milieux aquatiques et la Ligue pour la protection des oiseaux –, le Conseil d’Etat l’a donc partiellement suspendu.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Pour freiner l’hécatombe des dauphins, le gouvernement restreint la pêche dans le golfe de Gascogne

Le premier arrêté dispensait d’interdiction de pêche non seulement certains modes de pêche, mais aussi tous les navires équipés de répulsifs acoustiques destinés à éloigner les dauphins ou bien même de caméras embarquées permettant de comprendre ce qui occasionne toutes ces captures accidentelles. Il suffisait que leurs propriétaires s’engagent à se doter ultérieurement d’un de ces dispositifs pour échapper au couperet. Résultat, seuls dix bateaux sur plusieurs centaines auraient été temporairement exclus de la zone, rapporte FNE.

Il vous reste 65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.