Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

C’est sa première apparition publique depuis son hospitalisation, au début de janvier. Lloyd Austin, le secrétaire à la défense américain, s’est exprimé, mardi 23 janvier, par visioconférence lors d’une réunion du groupe de contact sur l’Ukraine.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, l’hospitalisation secrète du secrétaire à la défense, Lloyd Austin, suscite la polémique

« La sécurité de l’ensemble de la communauté internationale est en jeu dans le combat de l’Ukraine. Je suis plus déterminé que jamais à travailler avec nos alliés et nos partenaires pour soutenir l’Ukraine et faire en sorte que le travail soit fait », a déclaré M. Austin devant un sceau du ministère de la défense et de petits drapeaux américain et ukrainien.

Il a mis en avant l’aide militaire de 250 millions de dollars à l’Ukraine annoncée par Washington le mois dernier, mais n’a pas détaillé de nouvelle aide américaine, les fonds s’étant taris. L’opposition au Congrès, les républicains, refuse d’autoriser une nouvelle enveloppe budgétaire tant que le président, Joe Biden, n’aura pas répondu à ses exigences visant à réduire l’immigration à la frontière avec le Mexique.

Responsable-clé de la sécurité nationale

Lloyd Austin, 70 ans, a été hospitalisé le 1er janvier pour deux semaines en raison de complications à la suite d’une opération liée à un cancer de la prostate qui lui a été diagnostiqué au début de décembre. Ce diagnostic et les deux hospitalisations qui se sont ensuivies n’ont été communiqués aux hautes autorités du pays, à commencer par Joe Biden, que plusieurs jours plus tard, ce qui a provoqué un tollé dans la presse et chez ses adversaires républicains, en pleine année électorale.

L’hospitalisation du chef du Pentagone non transmise à la Maison Blanche a laissé sans nouvelles un responsable-clé de la sécurité nationale des Etats-Unis, à un moment où les forces américaines sont la cible de tirs en Irak et en Syrie et que les rebelles yéménites houthistes s’attaquent au trafic maritime international en mer Rouge. La Maison Blanche avait cependant assuré que le chef du Pentagone avait supervisé le 12 janvier les frappes américano-britanniques sur les rebelles houthistes au Yémen « depuis son lit d’hôpital ».

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.