Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

Ce n’est pas parce qu’une fintech est 100 % numérique que ses clients n’ont pas besoin de conseillers en chair et en os. « Le modèle hybride est incontournable, les clients sont certes autonomes, mais il est indispensable d’être disponible pour répondre à leurs questions », estime Sébastien d’Ornano, le président de Yomoni. Cet acteur met ainsi de plus en plus en avant ses conseillers depuis 2021.

« Leur rôle est progressivement devenu central : avec la baisse du CAC 40 en 2022, nos clients avaient de plus en plus besoin d’explications sur les marchés », se souvient Sébastien d’Ornano. Yomoni est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Un statut complet rare dans l’univers des fintech, l’autorisant à délivrer du conseil.

Le conseil est aussi largement mis en avant par les acteurs de l’assurance-vie et de l’épargne-retraite en ligne, qui sont à la fois courtier en assurance et conseiller en investissement financier (CIF), ce qui leur permet de délivrer du conseil.

Décryptage | Article réservé à nos abonnés Que valent les nouveaux acteurs de l’épargne en ligne ?

A l’inverse, les néobrokers proposant des actions ne vont pas souvent sur ce terrain. Chez Trade Republic, le service client accessible par mail ou par l’appli se concentre sur des questions techniques sur le portefeuille, mais n’a pas vocation à conseiller les titres.

Investisseurs premium

Même principe chez Shares, dont le service a été lancé en novembre 2023 en France après un galop d’essai au Royaume-Uni, et qui ne donne pas de conseils directs. Mais « Shares est conçu comme un réseau social : nos investisseurs premium, dont nous avons vérifié l’expérience en matière financière, donnent accès à leur portefeuille, dont les autres clients peuvent s’inspirer s’ils le souhaitent », explique Benjamin Chemla, cofondateur.

Ces influenceurs eux-mêmes clients de Shares publient des posts dont le contenu est modéré par la start-up. « Il s’agit de s’assurer qu’ils ne donnent pas de conseils, puisqu’ils n’y sont pas autorisés. Mais ils peuvent expliquer pourquoi ils ont décidé d’acheter ou de vendre un titre ou une crypto », ajoute Benjamin Chemla.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés L’irruption du numérique chamboule l’univers feutré des banques privées

Le trading social est aussi en vigueur chez eToro. Le néobrocker propose même à ses clients de répliquer automatiquement le portefeuille d’un investisseur expérimenté. Le client peut ainsi copier les achats et les ventes du néerlandais Jorden Boer, amateur de valeurs de croissance notamment dans la tech, qui affiche 56 500 followers sur eToro, dont 10 300 « copieurs ».

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.