Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, février 21
Bulletin

Le ministère de l’intérieur évoque la fin du mois de janvier pour « être au clair » sur les mesures qu’il mettra en œuvre afin d’accompagner l’appel à une mobilisation « à 100 % » des policiers cet été durant les Jeux olympiques et paralympiques.

L’enjeu est de faire retomber les inquiétudes et les revendications qui se sont exprimées ces dernières semaines et se sont traduites par une journée d’action au plan national, jeudi 18 janvier. Il est, surtout, de faire en sorte de s’assurer que la mise en place des moyens prévus sera effective. En effet, celle-ci s’annonce massive et concernera pour une très grande part les forces de sécurité intérieure hors Paris et Ile-de-France.

Ce sont ainsi « 30 000 forces de sécurité intérieure venues de province qui viendront renforcer, aux périodes les plus chargées, les moyens disponibles à la Préfecture de police [de Paris] sur l’Ile-de-France », a expliqué le délégué interministériel aux Jeux, Michel Cadot, lors d’une audition, mercredi 17 janvier, devant la commission de la culture, de l’éducation, de la communication et du sport au Sénat.

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé, en octobre 2022, que plus de 30 000 policiers et gendarmes seraient mobilisés chaque jour pendant plus d’un mois à l’été 2024 et que, pour la seule Ile-de-France, « entre 12 000 et 45 000 membres des forces de l’ordre » seraient mis à contribution, selon les jours.

Pour dire ce que ce chiffre représente, le ministre avait rappelé qu’il y a « 250 000 policiers et gendarmes en France », avec une « base » réellement « mobilisable de 140 000 à 150 000 » fonctionnaires.

Un impact sur un certain nombre de festivités

Les forces de sécurité intérieure ne seront pas les seules mobilisées. L’armée le sera également. « On aura presque 20 000 hommes déployés à ce moment-là », a rappelé, mardi 16 janvier, le chef d’état-major de l’armée de terre, Pierre Schill.

Les armées assureront entre autres, à travers les missions Sentinelle, le « contrôle général des espaces ». Elles auront aussi la charge de la protection du parcours de la flamme olympique et du départ de la cérémonie d’ouverture des Jeux sur la Seine, à Paris.

Le transfert vers Paris d’un grand nombre de forces de sécurité intérieure ne sera pas indolore, tant s’en faut, pour les départements. En octobre 2022, M. Darmanin avait demandé d’annuler les événements culturels organisés d’ordinaire pendant l’été. Une circulaire, signée par les ministères de l’intérieur, de la culture et des sports, le 13 décembre 2022, avait précisé que les festivals de musique mobilisant des unités de force mobile pouvaient être maintenus, à condition que leur date puisse être décalée.

Lors d’une audition à l’Assemblée nationale, en mai 2023, la ministre de la culture, Rima Abdul Malak, avait toutefois assuré avoir trouvé des « solutions » pour maintenir la programmation des festivals, sans réellement atténuer les craintes du secteur, en particulier en ce qui concerne les plus petits événements.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés JO 2024 : l’inquiétude continue de planer sur certains festivals musicaux d’été

L’« aspiration » créée par les Jeux sur les forces de sécurité affecte aussi l’événement lui-même. Ou, en tout cas, certaines des festivités prévues pour l’accompagner. Quelques villes ont ainsi renoncé à mettre en place des fan-zones, faute de pouvoir disposer de moyens de sécurité suffisants. « Nous n’avons pas la possibilité, dans les territoires hors Ile-de-France, de créer de grandes manifestations nécessitant un encadrement par les forces de l’ordre », a par exemple expliqué la maire de Rennes, Nathalie Appéré (Parti socialiste).

Notre sélection d’articles sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Retrouvez tous nos contenus sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 :

Transports : les autorités rassurent mais les défis restent immenses

Tout ce qu’il faut savoir sur les conditions de circulation durant les Jeux

La vidéosurveillance algorithmique sera « déployée de manière limitée » durant les Jeux

« Le Stade de France, soyons clairs, n’est pas un plan B » pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques

Menace terroriste, organisation, effectifs… La justice se met en ordre de marche

Les chantiers olympiques arrivent dans les temps

Bernard Thibault : « Pour les Jeux 2024, notre objectif est de démontrer que les grands événements ne sont pas incompatibles avec des droits sociaux élevés »

  • La préparation des athlètes françaises et français

Kenny Atkinson, l’inattendu atout américain de l’équipe de France de basket

Pour Renaud Lavillenie, les Jeux olympiques sont un « bonus », avec « tout à gagner et rien à perdre »

La question de la présence des athlètes russes et biélorusses

Ces lutteurs russes dont la neutralité est contestée

Le football et les Jeux paralympiques, deux défis en matière de billetterie

Le Comité d’organisation pioche dans sa réserve pour maintenir le budget des Jeux à l’équilibre

  • Le relais de la flamme olympique

Certaines communes s’irritent des exigences et des coûts liés à l’accueil du relais de la flamme

Le gouvernement appuie sur l’accélérateur pour combler les retards d’accessibilité

  • La Seine-Saint-Denis et les Jeux

A La Courneuve, on « aimerait voir arriver les Jeux avec des yeux d’enfant »

  • Paris à l’heure des Jeux

Les hôteliers font flamber leurs tarifs, les contrôles vont s’intensifier

Des lieux culturels inquiets et en mal d’informations à sept mois des Jeux olympiques

Les tournages de films seront interdits dans la capitale pour la première fois pendant trois mois

Les propriétaires parisiens de péniches dans l’expectative pour l’été 2024 et les Jeux

  • Les Jeux, ce n’est pas seulement Paris et la Seine-Saint-Denis

197 projets de fan-zones Club 2024, mais l’initiative est boudée par quelques grandes villes

Nîmes et son club de tir à l’arc incontournables sur la route des Jeux

Besançon affiche son « engagement total » pour les Jeux

A Marseille, les réservations hôtelières ne décollent pas pour les Jeux

Des « JO métropolitains » à Lyon pour imprimer une certaine idée du sport

  • Les enjeux sociétaux que les Jeux mettent en exergue

A l’heure du sport grande cause nationale, la situation préoccupante des piscines en France

Le sport à l’école cherche encore la bonne formule

  • Les enquêtes judiciaires en cours

Jeux d’hiver 2030 et 2034 : un cadre de Paris 2024 visé par une plainte

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.