Meilleures Actions
Histoires Web vendredi, mars 1
Bulletin

Elle est légère, mais c’est une inflexion notable malgré tout. En novembre 2023, en déclarant « On ne va pas être prêts » à propos de la préparation des transports franciliens en vue des Jeux olympiques et paralympiques (JOP), Anne Hidalgo avait provoqué une tempête chez les acteurs de l’organisation de l’événement. « Je dirais aujourd’hui qu’il faut encore continuer à travailler, car on n’est pas encore prêts », a déclaré, jeudi 25 janvier, la maire (Parti socialiste) de Paris qui était l’invitée de l’émission Télématin sur France2.

Mais elle a aussi tenu à souligner que la situation devrait être maîtrisée cet été : « Est-ce que l’on pourra se déplacer pendant les Jeux et profiter de ce moment ? Oui », a assuré Mme Hidalgo, ajoutant qu’« il y aura des transports supplémentaires, des navettes supplémentaires… On va finir la prolongation du tramway jusqu’à la porte Dauphine ».

En décembre, les pouvoirs publics avaient cherché à rassurer sur l’offre qui sera mise en place à compter de la mi-juillet. Celle-ci sera augmentée de 15 % en moyenne par rapport à un été classique – et bien davantage sur les lignes les plus sollicitées – car les organisateurs de Paris 2024 ont promis un accès aux sites de compétition à 100 % en transports publics et qu’il faudra transporter autant de monde qu’un jour ouvré en plein hiver dans toute l’Ile-de-France – mais sur une surface plus réduite.

Sur le RER C qui dessert, à l’ouest, les Invalides, Roland-Garros, le Parc des Princes, Versailles (équitation), Saint-Quentin-en-Yvelines (golf, vélodrome, VTT), la capacité sera par exemple augmentée de 50 % par rapport à l’hiver. Sur la ligne 9 (qui mène vers le Parc des Pirnces notamment), ce sera 50 % de plus qu’un été classique.

Lire le décryptage : Article réservé à nos abonnés Transports pendant les JO de Paris : les autorités rassurent mais les défis restent immenses

« Il ne faut pas mentir aux gens »

Pour autant, Mme Hidalgo a tenu à souligner qu’« il y a encore des problèmes » sur les transports du quotidien. « Il ne faut pas mentir aux gens. Quand les gens galèrent dans les transports du quotidien, je ne vais pas leur dire “C’est super, c’est réglé”, non », a-t-elle déclaré.

Lors de ses vœux pour 2024, le 16 janvier, la présidente de l’autorité des transports Ile-de-France Mobilités (IDFM), Valérie Pécresse, a demandé à la SNCF comme à la RATP de rétablir d’ici au mois de mars une offre dans les transports équivalente à 100 % de l’avant-covid.

Mardi 23 janvier, Jean Castex, le PDG de la RATP a annoncé le lancement d’une campagne de 5 300 recrutements (après 6 600 en 2023), avec, notamment, l’ambition de poursuivre les embauches côté conducteurs (320 dans le métro, 1 350 pour les bus), où le manque de personnel et les absences expliquent en partie les problèmes rencontrés dans le bus ou le métro.

En novembre 2023, cinq lignes du métro affichaient un taux de régularité inférieur à 85 % aux heures de pointe, en grande partie à cause des problèmes de personnel, selon la présidente d’Ile-de-France mobilités, Valérie Pécresse.

Lire aussi | Métros parisiens : la fréquence s’est dégradée depuis 2019, la plupart des lignes n’atteignent pas leur objectif

Mercredi, c’est la SNCF qui, à son tour, a annoncé son intention de recruter 900 personnes en 2024 pour son réseau francilien (après une année 2023 record avec 1 350 embauches). Ici aussi, il s’agit de rétablir un service de qualité, notamment sur le RER, et être prêt pour les Jeux olympiques.

D’après les statistiques d’IDFM, la régularité aux heures de pointe des RER B (exploité conjointement avec la RATP) C et D oscille entre 80 % et 82 %. Mme Pécresse souhaite voir ce chiffre au moins dépasser 90 %.

Notre sélection d’articles sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Retrouvez tous nos contenus sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 :

Transports : les autorités rassurent mais les défis restent immenses

Tout ce qu’il faut savoir sur les conditions de circulation durant les Jeux

La vidéosurveillance algorithmique sera « déployée de manière limitée » durant les Jeux

« Le Stade de France, soyons clairs, n’est pas un plan B » pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques

Menace terroriste, organisation, effectifs… La justice se met en ordre de marche

Les chantiers olympiques arrivent dans les temps

Bernard Thibault : « Pour les Jeux 2024, notre objectif est de démontrer que les grands événements ne sont pas incompatibles avec des droits sociaux élevés »

  • La préparation des athlètes françaises et français

Kenny Atkinson, l’inattendu atout américain de l’équipe de France de basket

Pour Renaud Lavillenie, les Jeux olympiques sont un « bonus », avec « tout à gagner et rien à perdre »

La question de la présence des athlètes russes et biélorusses

Ces lutteurs russes dont la neutralité est contestée

Le football et les Jeux paralympiques, deux défis en matière de billetterie

Le Comité d’organisation pioche dans sa réserve pour maintenir le budget des Jeux à l’équilibre

  • Le relais de la flamme olympique

Certaines communes s’irritent des exigences et des coûts liés à l’accueil du relais de la flamme

Le gouvernement appuie sur l’accélérateur pour combler les retards d’accessibilité

  • La Seine-Saint-Denis et les Jeux

A La Courneuve, on « aimerait voir arriver les Jeux avec des yeux d’enfant »

  • Paris à l’heure des Jeux

Les hôteliers font flamber leurs tarifs, les contrôles vont s’intensifier

Des lieux culturels inquiets et en mal d’informations à sept mois des Jeux olympiques

Les tournages de films seront interdits dans la capitale pour la première fois pendant trois mois

Les propriétaires parisiens de péniches dans l’expectative pour l’été 2024 et les Jeux

  • Les Jeux, ce n’est pas seulement Paris et la Seine-Saint-Denis

197 projets de fan-zones Club 2024, mais l’initiative est boudée par quelques grandes villes

Nîmes et son club de tir à l’arc incontournables sur la route des Jeux

Besançon affiche son « engagement total » pour les Jeux

A Marseille, les réservations hôtelières ne décollent pas pour les Jeux

Des « JO métropolitains » à Lyon pour imprimer une certaine idée du sport

  • Les enjeux environnementaux

Le difficile pari de JO « écolos »

  • Les enjeux sociétaux que les Jeux mettent en exergue

A l’heure du sport grande cause nationale, la situation préoccupante des piscines en France

Le sport à l’école cherche encore la bonne formule

  • Les enquêtes judiciaires en cours

Jeux d’hiver 2030 et 2034 : un cadre de Paris 2024 visé par une plainte

Le Monde

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.