Meilleures Actions
Histoires Web vendredi, mars 1
Bulletin

« La petite merveille du quartier. » Voilà les termes élogieux choisis par Pierre Rabadan, adjoint chargé des sports à la Mairie de Paris, pour présenter la nouvelle Adidas Arena, dimanche 11 février. Inaugurée dans le cadre d’un match de Betclic Elite – la première division de basket en France – opposant le Paris Basketball, club résident du lieu, et Saint-Quentin, la salle de 8 000 places a conquis le public. Au-delà de la victoire des Parisiens (87-65), les supporteurs présents préfèrent retenir de leur soirée « une salle impressionnante, un peu à l’américaine, qui manquait dans le nord de Paris », résume Sabrina, venue assister à la rencontre avec ses deux fils.

Située dans le quartier de la porte de la Chapelle (18e arrondissement de Paris), l’Arena est la seule installation construite dans la capitale pour les Jeux olympiques et paralympiques. Elle accueillera le badminton (du 27 juillet au 5 août), la gymnastique rythmique (8 au 10 août), le parabadminton (29 août au 2 septembre) et la para-haltérophilie (4 au 8 septembre).

Aux côtés des ouvriers de la Solideo – la société responsable de la livraison des ouvrages olympiques – venus apprécier leur « œuvre », la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, se réjouit du fait que cette journée marque « un peu le début du commencement de la magie des JO ». L’édile envoie, au passage, un message aux habitants de la ville : « Paris va être magnifique, ne partez pas [pendant les Jeux], ce serait une connerie ! » Propriétaire de l’enceinte, la Mairie de Paris remettra les clés du complexe au Comité d’organisation des Jeux au début du mois de mai.

L’écologie au centre du projet

Egalement présente dans l’après-midi face aux journalistes, Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des sports et des Jeux olympiques et paralympiques, salue, elle aussi, un « ouvrage magnifique » qui « s’inscrit parfaitement dans des Jeux de sobriété ». Récupération des eaux de pluie, sièges en plastique 100 % recyclé et même 6 300 m2 de toiture végétalisée : la salle est présentée comme un modèle d’écologie.

Impossible à voir pour le grand public, le véritable clou du spectacle se trouve au sous-sol de l’enceinte. Une usine de production de froid permet le rafraîchissement de la salle. Ce système, qui devrait aussi servir à chauffer les habitations du quartier, intrigue de nombreux constructeurs européens. Ils étaient d’ailleurs nombreux à suivre les visites organisées dans la journée. « Il faut avouer que ce que l’on voit aujourd’hui va au-delà de nos espérances, estime M. Rabadan. On avait vu des plans, on a suivi le chantier, mais là, c’est un bijou. »

Il vous reste 60% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.