Meilleures Actions
Histoires Web vendredi, mars 1
Bulletin

Pal Jonson est ministre de la défense en Suède, depuis octobre 2022, au sein du gouvernement dirigé par le conservateur Ulf Kristersson. Le 30 janvier, alors que son pays se rapproche d’une intégration à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), il rencontrera à Stockholm son homologue français, Sébastien Lecornu, qui accompagnera Emmanuel Macron lors de sa visite d’Etat en Suède.

Le 23 janvier, le Parlement turc a donné son accord à l’adhésion de la Suède à l’OTAN. Qu’est-ce que cela signifie pour votre pays ?

Nous nous réjouissons évidemment de cette décision. Il faut encore que le président Erdogan signe le protocole d’adhésion et le transmette au département d’Etat américain. Il ne restera plus alors que la Hongrie. Je tiens à rappeler que les Hongrois ont déclaré qu’ils ne seraient pas les derniers à ratifier la candidature de la Suède et que la Hongrie, comme les 30 autres Etats membres de l’OTAN, nous a donné le statut de pays invité et a dit que la Suède deviendrait membre. De notre point de vue, il est important que cela se produise le plus rapidement possible pour notre propre sécurité, mais aussi pour que nous puissions contribuer au renforcement de la sécurité commune de l’OTAN.

Qu’est-ce que cette adhésion va changer pour la Suède ?

Nous sommes le partenaire le plus proche de l’OTAN depuis très longtemps. Nous avons l’expérience de la collaboration en Afghanistan et au Kosovo, ainsi qu’en Libye, où nous avons envoyé des avions Gripen. Nous nous entraînons et menons des exercices ensemble. Nous avons donc déjà une très bonne interopérabilité militaire avec l’OTAN. Mais l’intégration politique et militaire complète va prendre un certain temps. Depuis un an et demi, nous travaillons sur la planification de la défense commune de l’OTAN et sur les ressources que nous serons en mesure d’y apporter. Nous n’avons jamais travaillé de la sorte auparavant. C’est aussi une question d’identité : il s’agit du plus grand changement dans la politique de défense suédoise depuis deux cents ans. Cela signifie que nous devons prendre la décision consciente de ne plus défendre la Suède en Suède, mais avec les alliés dans le cadre de l’OTAN.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Livraison d’avions de combat à l’Ukraine : l’Occident franchit le pas

M. Kristersson a annoncé au début de janvier que la Suède pourrait déployer 800 soldats suédois en Lettonie…

Effectivement, nous pourrions contribuer à la présence militaire avancée de l’OTAN dans les pays baltes. Il s’agirait d’un bataillon réduit que nous enverrions en Lettonie dans la première moitié de 2025, dans le cadre d’une rotation avec le Danemark, sous le commandement du Canada.

Il vous reste 65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.