Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Invité d’honneur du 14-Juillet, en 2023, à Paris, le premier ministre indien, Narendra Modi, s’apprête à son tour à recevoir Emmanuel Macron à New Delhi, vendredi 26 janvier, à l’occasion du Republic Day, la fête nationale indienne. Le président français doit participer au traditionnel défilé militaire qui marque l’entrée en vigueur de la Constitution, en 1950, trois ans après l’indépendance. La veille, il se rendra à Jaipur, joyaux culturel et historique, capitale du plus grand Etat de la fédération, le Rajasthan.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Washington réclame des explications à New Delhi après une tentative d’assassinat contre un militant sikh américain

Pour l’occasion, Emmanuel Macron a accepté de jouer les remplaçants, car c’est Joe Biden qui était initialement l’invité d’honneur du Republic Day, mais le président américain a décliné, en décembre 2023, l’invitation de M. Modi. Un choix interprété comme un signe de réprobation après la tentative d’assassinat d’un militant séparatiste sikh sur le sol américain, que les Etats-Unis attribuent aux services secrets indiens.

Cet incident révèle à lui seul le jeu trouble de l’Inde sur la scène internationale : Narendra Modi est à la fois l’ami des Occidentaux et leur contempteur, l’invité du G7 et le chantre du Sud global, partenaire des Etats-Unis et de la France dans l’Indo-Pacifique, face à la Chine, et allié historique de la Russie, son premier fournisseur d’armes.

Lire aussi l’analyse : Article réservé à nos abonnés Le jeu trouble de l’Inde sur la scène internationale

Ignorant les contradictions de cette stratégie du « multi-alignement », le président français, depuis le début de son mandat, aime afficher – et souvent surjouer – sa proximité avec le dirigeant nationaliste hindou, qui apprécie plus que tout les embrassades ostentatoires avec les grands de ce monde, pour donner aux Indiens le sentiment de fierté d’une nation qui retrouve son rang.

Coopération dans la défense et l’espace

Pendant ces deux jours de visite, la troisième en Inde d’Emmanuel Macron, ce dernier et M. Modi doivent se croiser à au moins cinq reprises. « Les relations sont très fortes et constantes », insiste-t-on du côté indien. « L’idée est de renforcer encore le partenariat stratégique entre nos deux pays », renchérit-on à l’Elysée. Ce partenariat avait été lancé, le 26 janvier 1998, par Jacques Chirac.

Avant le défilé militaire, le chef de l’Etat indien et son hôte se verront, jeudi 25 janvier, à Jaipur, pour des discussions bilatérales. Ils visiteront le majestueux fort d’Amber, un des lieux emblématiques de la cité. Puis ils paraderont à bord d’un véhicule, en direction du palais des Vents, avant de dîner dans un grand hôtel. Le président français sera accompagné par ses ministres de la culture, Rachida Dati, des armées, Sébastien Lecornu, et par le nouveau chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné.

Il vous reste 65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.