Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

L’armée israélienne a subi, lundi 22 janvier, ses plus lourdes pertes depuis le début de son opération à Gaza, qui a passé le cap des 200 morts. Au moins 21 soldats ont été tués, des réservistes déployés dans le sud de l’enclave, aux alentours de Khan Younès. Ces militaires minaient dans l’après-midi de petits bâtiments de deux étages situés près la frontière, face au kibboutz israélien de Kissoufim, a précisé l’armée. Selon de premiers éléments, diffusés mardi après que les familles des soldats ont été informées, des tirs palestiniens de roquettes ont causé une explosion, possiblement décuplée par les mines israéliennes, qui a fait s’écrouler l’un des bâtiments sur les soldats. Un char déployé en appui a également été touché.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Déluge de bombes sur Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, où les hôpitaux sont assiégés

Ces hommes ne participaient pas directement à l’offensive d’envergure, lancée dimanche par la 98e division, la dernière qui maintient des activités de haute intensité dans le Sud, tandis que l’armée réduit son déploiement dans le reste de l’enclave. L’infanterie a pénétré pour la première fois dans les parties sud et ouest de Khan Younès, sans prévenir les civils palestiniens au préalable afin de leur permettre d’évacuer.

Ces 21 soldats contribuaient, dans la périphérie orientale agricole de la ville, à la reconstruction de la barrière de sécurité brisée par les commandos du Hamas, lors de leur attaque, le 7 octobre 2023. Cela pourrait signaler qu’ils participaient à l’aménagement d’une « zone tampon » profonde d’environ 1 kilomètre en lisière de Gaza, où Israël rase du bâti, dans le but de transformer cet espace en no man’s land. Une part de ces hommes appartenait à une unité d’entraînement d’officiers de réserve.

Libérer les captifs

Dimanche, lors d’une rencontre avec des familles d’otages détenus à Gaza, le ministre de la défense, Yoav Gallant, avait, une nouvelle fois, affirmé que les opérations qui se poursuivent dans le Sud demeuraient capitales pour libérer les captifs. « Les premiers signes montrent qu’atteindre les sites les plus sensibles du Hamas nous rapproche de la réalisation des deux objectifs suprêmes de la guerre », à savoir défaire le mouvement islamiste armé et libérer les otages.

Cependant, cette ligne est loin de faire l’unanimité au sein de l’armée et du cabinet de guerre, qui mène les opérations. L’armée craint de s’enliser sans objectif clair à Gaza. Elle a été surprise par l’étendue du réseau des tunnels du Hamas, dont le New York Times, citant des officiels israéliens, a évalué la semaine dernière la longueur totale à plus de 700 kilomètres : un réseau colossal, dans une enclave longue de 41 kilomètres.

Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.