Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, février 21
Bulletin
Incendies sur les pentes des montagnes entourant la ville de Nemocon, au nord de Bogota, le 23 janvier 2024.

La sécheresse en Colombie, induite par le phénomène climatique dit du Niño qui réchauffe les eaux de l’océan Pacifique et perturbe la circulation atmosphérique, ne fait que commencer. Et déjà, en plusieurs points du pays, le thermomètre bat des records et les feux de forêt se multiplient, n’épargnant pas la capitale Bogota, peuplée de 8 millions d’habitants. Le Chef de l’Etat, Gustavo Petro, a décrété « l’état de catastrophe naturelle » et demandé l’aide de la coopération internationale.

Plus de 350 incendies se sont déclarés dans le pays depuis novembre, selon l’Institut d’hydrologie, de météorologie et d’études environnementales (Ideam). Et 17 000 hectares de forêts ont d’ores et déjà été dévorés par les flammes.

Dimanche 28 janvier au soir, la ministre de l’environnement Susana Muhamad informait que 35 incendies avaient été éteints sur l’ensemble du territoire au cours des dernières heures. « Il reste sept incendies de forêt encore actifs, et sept sous contrôle », a précisé la ministre, en rappelant que le mois de février s’annonçait difficile du fait des hautes températures. Les photos prises par satellite montrent une carte de Colombie sans le moindre nuage, un fait inhabituel dans ce pays de cimes enneigées et de jungles humides.

A 2 600 mètres d’altitude

Rangés dans les tiroirs depuis la fin de la pandémie, les masques ont fait leur réapparition dans les rues de Bogota où il fait beau comme rarement. Mais l’air est légèrement brouillé et sent le brûlé. Les montagnes boisées qui, à l’est, dominent la ville, ont craché pendant sept jours des volutes de fumée épaisse. Aidés de l’armée de terre et de l’armée de l’air, les pompiers ont lutté avec acharnement contre les deux feux qui se sont déclarés dans les replis de la montagne.

Les autorités de la capitale colombienne ont déclaré une urgence sur la qualité de l’air en raison des feux de forêt, et recommandé aux habitants de Bogota de porter des masques. Le 26 janvier 2024. Les autorités de la capitale colombienne ont déclaré une urgence sur la qualité de l’air en raison des feux de forêt, et recommandé aux habitants de Bogota de porter des masques. Le 26 janvier 2024.

La capitale colombienne s’étend sur une vaste plaine à 2 600 mètres d’altitude au cœur de la cordillère des Andes. « Le feu se propage moins rapidement en altitude parce que l’oxygène est plus rare, explique l’économiste Mauricio Perez, en rappelant que jamais en cinq siècles d’histoire la capitale colombienne n’a connu d’incendie dévastateur. Mais, la relative inexpérience et l’impréparation des autorités municipales en matière d’incendie compliquent la situation. »

Un des feux de la capitale, sur les flancs du sommet connu comme El Cable, s’est rapproché des quartiers résidentiels. Les établissements scolaires et une université ont suspendu leurs activités présentielles pendant trois jours. Les autorités recommandent aux personnes âgées et à celles souffrant de maladies respiratoires de rester chez elles. Sur les réseaux sociaux, circulent des images d’oiseaux, d’écureuils et de rongeurs venus chercher refuge dans la ville.

Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.