Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

LCP ASSEMBLÉE NATIONALE – DIMANCHE 3 MARS À 19 HEURES – ÉMISSION

Voulus par Bertrand Delais, le PDG de LCP, qui quittera ses fonctions le 9 juin, après deux mandats de trois ans, « Les Grands Entretiens » s’offrent, à l’approche des Jeux olympiques de Paris, une version sportive, « Paroles de sportifs », depuis le 21 janvier.

Aux manettes, la très capée Nathalie Iannetta, ancienne « Mme Foot » à Canal+ (1995-2014), passée par l’Elysée (conseillère jeunesse et sport en 2014) et TF1 (« Téléfoot »), avant de prendre la direction des sports de Radio France, depuis 2021. Elle reçoit ce soir le perchiste Jean Galfione, champion olympique à Atlanta, en 1996, reconverti à la course à la voile en solitaire.

Le générique – les dernières notes de We Will Rock You, de Queen – donne le ton. Sans introduction, Nathalie Iannetta procède dans l’ordre et évoque l’enfance prédestinée de son invité, passée entre une mère gymnaste et un père escrimeur, qui se sont rencontrés lors d’un stage de formation à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales)…

« L’éducation sportive était importante, mais pas la compétition », précise Jean Galfione. Or, par nature, lui est un compétiteur. Deux perchistes vont s’avérer décisifs dans sa carrière. D’abord l’Ukrainien Sergueï Bubka, premier perchiste à passer la barre des 6 mètres au meeting de Paris, le 13 juillet 1985 – Galfione sera le premier Français en 1999. Ensuite Pierre Quinon, premier champion olympique tricolore de la spécialité, en 1984, à Los Angeles, à 22 ans.

Dur au mal

Ce dernier va devenir le mentor, le « grand frère » de Jean Galfione, de dix ans son cadet. Jusqu’au mois d’août 2011, où « il fait, s[’il] pui[t] dire, le voyage dans l’autre sens, puisqu’il s’est défenestré, à 49 ans », rappelle la journaliste. « C’était un artiste. Nicolas de Staël était son modèle », mais il était dépressif, souligne Galfione.

Nathalie Iannetta est plus inspirée pour évoquer les risques liés au sport : « Qu’est-ce qui fait le plus peur : franchir une barre de 6 mètres ou une vague de 6 mètres ? » Dans les deux cas, il faut être dur au mal. « Si j’aimais me faire mal tous les jours, c’est parce que, ensemble, on pouvait tout faire », répond le sportif devenu navigateur.

Aux JO d’Atlanta, le perchiste atteint le Graal, comme Marie-José Pérec, David Douillet, Laura Flessel… Il en garde le souvenir d’une bande de copains : « On était une quinzaine, parmi les meilleurs au monde. On le savait et on vivait ça avec une joie absolue. »

Aujourd’hui, à côté de ses participations à la Route du rhum ou à la Transat Jacques-Vabre, il continue d’entraîner des jeunes dans un petit centre d’athlétisme, toujours dans la bonne humeur. Comme il le fait avec ses deux enfants. Parce que, « si les jeunes viennent au stade et s’y amusent, ils reviendront ».

« Les grands entretiens. Paroles de sportifs », présenté par Nathalie Iannetta, réalisé par François Goetghebeur (Fr., 2024, 28 min). A suivre : le marcheur Yohann Diniz, le 10 mars, la patineuse Nathalie Péchalat, le 17 mars, le champion de tennis-fauteuil Michaël Jérémiasz, le 24 mars.

Réutiliser ce contenu

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.