Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Depuis le 19 novembre 2023, le passage des navires marchands dans le détroit de Bab Al-Mandab, en mer Rouge, est perturbé par des attaques menées par des houthistes à partir du Yémen. Des armateurs ont donc annoncé des hausses de tarif significatives dans cette zone maritime, par laquelle transite chaque année 12 % du commerce international.

D’autres ont suspendu leurs activités dans la région, préférant s’éloigner du canal de Suez et emprunter la route de l’Afrique australe, par le cap de Bonne-Espérance, prolongeant ainsi d’une à deux semaines le parcours des bâtiments à destination de l’Europe.

Ce brusque changement est l’illustration la plus récente de l’allongement des routes commerciales, mais loin d’être la seule. Un autre carrefour du commerce mondial est également embouteillé : le passage du canal de Panama pour les navires est freiné par les conséquences de l’épisode de sécheresse ayant touché le pays en 2023. Seules 24 traversées sont désormais autorisées quotidiennement, contre 36 habituellement, le niveau du canal étant anormalement bas.

Lire aussi la chronique | Article réservé à nos abonnés Patrick Artus : « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs »

Or 40 % du trafic de conteneurs américain traverse annuellement le canal de Panama, représentant près des trois quarts du trafic total du canal. Les utilisateurs plus modestes de l’infrastructure ont également été affectés, avec des perturbations atteignant entre 10 % et 25 % des flux commerciaux du Nicaragua, de l’Equateur, du Pérou, du Salvador et de la Jamaïque.

En Asie, les tensions croissantes entre la Chine et les Philippines, qui s’ajoutent à celles avec Taïwan, depuis que le président philippin [Ferdinand Marcos Junior] élu en 2022 s’est rapproché des Etats-Unis, se sont traduites par une multiplication des incidents dans leur zone maritime commune. Si un blocage du commerce dans la région reste peu probable à ce stade, ces tensions seront un point d’attention important en 2024, quelque 40 % du commerce maritime de la Chine et du Japon passant par cette voie.

Pays « tampon »

Cet allongement des trajets des flux de marchandises concerne aussi directement d’autres grandes économies, comme l’illustre l’étude des flux bilatéraux de quelques pays avec la Chine et les Etats-Unis : le Mexique, le Vietnam et, dans une moindre mesure, la Thaïlande et la Corée du Sud ont à la fois enregistré ces dernières années une forte croissance de leur excédent commercial vis-à-vis des Etats-Unis et une nette dégradation de leur déficit commercial envers la Chine. Dit autrement, ces quatre pays importent désormais davantage de Chine, puis réexportent plus vers les Etats-Unis.

Il vous reste 60% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.