Meilleures Actions
Histoires Web lundi, mars 4
Bulletin

Le président de l’Equateur, Daniel Noboa, a ordonné l’extradition de tous les prisonniers étrangers incarcérés dans le pays, en proie à une crise carcérale aiguë. Il a demandé à l’autorité pénitentiaire SNAI d’effectuer les procédures administratives nécessaires pour que les étrangers purgent leur peine « dans leur pays d’origine ou de nationalité », dans un décret signé lundi 29 janvier.

M. Noboa a fait valoir que les prisons du pays ne disposent que de 30 200 places pour plus de 33 000 détenus. Un recensement réalisé en 2022 avait établi que plus de 10 % des personnes détenues en Equateur étaient de nationalité étrangère. Mi-janvier, M. Noboa avait annoncé l’extradition de quelque 1 500 prisonniers colombiens, une mesure rejetée par Bogota qui avait prévenu que les personnes rapatriées unilatéralement seraient remises en liberté dès qu’elles auraient franchi la frontière.

Quito a décrété l’état d’urgence le 8 janvier et plus de 22 000 militaires et policiers ont été déployés après que l’évasion d’un chef de gang, Adolfo Macias dit « Fito », a provoqué une vague de violences criminelles sans précédent à travers le pays. Les membres des vingt-deux gangs criminels recensés dans le pays sont désormais considérés comme des « terroristes » et comme des cibles militaires.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés En Equateur, le président Daniel Noboa choisit la manière forte face à l’explosion de la violence des gangs

Les bureaux d’un procureur ciblés par des tirs

Les gangs liés au narcotrafic et impliquant notamment des Colombiens et des Mexicains se livrent une guerre sans merci jusque dans les prisons, où depuis le début de l’année au moins vingt personnes ont été tuées et où quelque 200 policiers et gardiens ont été pris en otages.

En outre, les bureaux du procureur de la ville portuaire de Manta, une plaque tournante de l’expédition de drogue depuis l’Equateur, ont été, lundi, la cible de tirs revendiqués par « Los Choneros », le gang de « Fito ».

L’attaque « n’a heureusement pas fait de victimes, mais seulement des dégâts matériels », a fait savoir le parquet sur X, appelant les forces de l’ordre à « veiller à ce que la sécurité des personnes et des biens soit garantie ». Le ministère public a publié l’image d’un tract laissé devant le bâtiment accompagné de la photo du chef de gang. « Ne touchez pas à la famille, elle est étrangère à tous mes problèmes », affirme ce document signé « Los Choneros ». « Nous allons continuer à attaquer les institutions publiques jusqu’à ce qu’elles laissent la famille tranquille », y est-il ajouté.

Il y a quinze jours, le procureur antimafia Cesar Suarez a été tué par balles en plein jour dans le centre de Guayaquil (Sud-Ouest). Il avait demandé des informations sur l’épouse de « Fito », Inda Penarrieta, extradée d’Argentine avec ses trois enfants le 19 janvier.

Lire aussi | Equateur : le procureur qui enquêtait sur la prise d’otages sur un plateau télé assassiné

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.