Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Le beau fixe est revenu sur Netflix. La plate-forme de streaming américaine a gagné plus de treize millions d’abonnés durant le quatrième trimestre de l’année 2023, dont près de trois millions sur le marché nord-américain, et cumule à présent plus de 260 millions de clients dans le monde.

Le vétéran de la vidéo à la demande, qui avait déjà gagné près de neuf millions d’abonnés pendant l’été, a réalisé 8,8 milliards de dollars (8,1 milliards d’euros environ) de chiffre d’affaires pendant la saison des fêtes (+12,5 % en un an), d’après son communiqué de résultats publié mardi 23 janvier, une performance supérieure aux prévisions des analystes. Et elle a de grandes ambitions pour le trimestre en cours, pariant sur une croissance de 13 %, soit plus de 9 milliards de dollars de revenus, et près de 2 milliards de bénéfice net. Par ailleurs, son titre prenait plus de 8 % lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York.

« Nous pensons qu’il y a beaucoup de place pour la croissance avec l’expansion du streaming », ont dit les deux patrons, Ted Sarandos et Greg Peters, cités dans le communiqué. « Si nous continuons à améliorer Netflix plus rapidement que la concurrence, nous aurons une entreprise qui aura toujours plus de valeur pour les consommateurs, les créateurs et les actionnaires ».

Ils se sont aussi félicités d’avoir lancé la formule d’abonnement moins chère avec publicité, censée générer « des profits sur le long terme ». « Nous en sommes à 23 millions d’utilisateurs mensuels actifs » de cette formule, s’est félicité Greg Peters, codirecteur général, lors d’une conférence téléphonique. En novembre, Netflix en avait annoncé 15 millions.

Lire aussi : Netflix affiche des résultats en nette hausse grâce au succès de sa nouvelle tarification

Pour la période d’octobre à décembre 2023, le bénéfice net du groupe californien est ressorti un peu inférieur aux attentes, à 938 millions de dollars au lieu de 990 millions, mais largement supérieur aux 55 millions de la même période l’année précédente.

De nouveaux contenus après la fin de la grève à Hollywood

Netflix avait amorcé un déclin en 2022 lorsque l’entreprise avait subi, au premier trimestre, une baisse d’abonnés pour la première fois en dix ans. Le pionnier des services de vidéo en ligne a ensuite redressé la barre notamment grâce à sa politique plus stricte en termes de partage des mots de passe entre utilisateurs.

Lire aussi : Netflix perd des abonnés au premier trimestre, une première depuis plus de dix ans

En fin d’année 2023, les saisons finales de séries comme Sex Education ou The Crown ont attiré les téléspectateurs, tout comme Berlin, un dérivé de la série à succès La Casa de Papel, ou encore Squid Game : The Challenge, une émission de télé-réalité inspirée de la série sud-coréenne phénomène Squid Game ; cette dernière revient d’ailleurs sur la plate-forme en 2024 avec une deuxième saison, aux côtés de Bridgerton et Emily in Paris.

« Malgré les grèves de l’année dernière qui ont repoussé le lancement de certains titres, nous avons une programmation conséquente et audacieuse pour 2024 », a assuré Netflix. Comme ses concurrentes, elle peut recommencer à produire de nouveaux contenus aux Etats-Unis depuis la fin de la grève historique à Hollywood en novembre 2023.

L’industrie a été paralysée pendant six mois par le double mouvement social des scénaristes et des acteurs. Ils demandaient notamment des revalorisations des salaires et des garde-fous en matière d’intelligence artificielle. Les principaux services de streaming ont cependant assuré que l’impact de cette grève serait limité pour eux, d’autant qu’elle leur a incidemment permis de faire des économies.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Les acteurs mettent fin à leur grève et Hollywood retourne au cinéma

Le catch débarque sur la plate-forme

Alors que Disney + cherche toujours comment parvenir à la rentabilité, la marge opérationnelle de Netflix est ressortie à 20,6 % pour l’ensemble de son exercice 2023, supérieure à ses prévisions. Et l’entreprise de Los Gatos (Californie) la voit s’améliorer sensiblement encore en 2024.

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

De quoi permettre à Netflix de s’étendre encore sur d’autres terrains du divertissement déjà occupés par ses concurrents, comme le sport. Le groupe a ainsi annoncé mardi matin avoir passé un accord de diffusion sur dix ans avec la ligue professionnelle américaine de catch WWE, moyennant 5 milliards de dollars. Elle remporte ainsi à partir de 2025 aux Etats-Unis l’exclusivité de Raw, l’émission phare de la WWE qui figurait l’année dernière parmi les meilleures audiences du câble américain.

« C’est le cœur de notre vision pour le sport, centrée sur la dramaturgie », a déclaré Ted Sarandos, codirecteur général de Netflix. « Cela représente 52 semaines de programmation en direct chaque année et cela s’inscrit dans nos ambitions pour le plus de directs ».

C’est une étape majeure pour la plate-forme qui était jusqu’ici restée relativement en retrait de la course aux droits de diffusion d’événements sportifs. Amazon s’est lancé récemment sur ce marché, tandis que Disney, par sa filiale ESPN, Warner Bros Discovery et sa plate-forme Max, ou Peacock, émanation du groupe NBCUniversal, contrôlaient déjà d’importants portefeuilles de droits qui leur ont permis d’ajouter des compétitions à leur offre de streaming.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés « The Crown », saison 6, deuxième partie : l’émouvant adieu à la reine de Netflix

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.