Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, février 21
Bulletin

Changer de chef militaire en pleine guerre n’est historiquement pas si rare, mais Volodymyr Zelensky vient peut-être de prendre sa décision la plus osée depuis le premier jour de la guerre, quand il a refusé de quitter Kiev alors que les chars de Moscou fonçaient vers la capitale. En décidant de remercier le soldat le plus populaire du pays, à un moment où le conflit se trouve dans une impasse, deux ans après l’invasion russe du 24 février 2022, et où la morosité du climat n’incite guère à la mobilisation, le président ukrainien prend un risque stratégique et politique majeur.

Lire aussi | En direct, guerre en Ukraine : l’armée ukrainienne continue de repousser l’armée russe, qui tente d’encercler Avdiïvka

Volodymyr Zelensky a annoncé, jeudi 8 février, le remplacement, au poste de chef d’état-major des armées, du général Valeri Zaloujny, 50 ans, par le général Oleksandr Syrsky, 58 ans. Volodymyr Zelensky écarte ainsi du commandement militaire un fin stratège et un meneur d’hommes, un soldat à la fois intellectuel et guerrier, et une personnalité appréciée par les Ukrainiens. Oleksandr Syrsky est pour sa part certes auréolé de victoires militaires cruciales, et M. Zelensky le présente comme le « général le plus expérimenté d’Ukraine », mais qui est aussi une personnalité peu connue du public et un officier controversé dans les rangs de l’armée.

Affirmant que « le temps du renouveau, c’est maintenant », le président Zelensky a chargé le général Syrsky de concevoir un « plan de bataille réaliste ». Sa mission intervient alors que la dernière contre-offensive des forces ukrainiennes, dans les régions de Zaporijia et de Donetsk, à l’été 2023, a été un échec, que Kiev ne cache pas à ses alliés occidentaux, que son armée connaît un manque cruel de munitions et que la perspective d’un éventuel changement de président aux Etats-Unis, en cas de victoire de Donald Trump lors de l’élection de novembre, est perçue comme une menace majeure en Ukraine.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Eviction de Valeri Zaloujny, réformateur de l’armée ukrainienne à la forte popularité

La crise politico-militaire à Kiev couvait depuis longtemps. La décision du président Zelensky et le départ du général Zaloujny ne sont pas une surprise. Des rumeurs de tension entre les deux hommes existent depuis plus d’un an et sont devenues publiques à l’automne 2023, après l’échec de la dernière contre-offensive. C’est finalement le 29 janvier que le président Zelensky a annoncé au général Zaloujny qu’il allait devoir quitter ses fonctions, selon des informations non officielles, confirmées par divers médias. Ce jour-là, le général aurait refusé de démissionner, forçant le président à le démettre de ses fonctions.

Ambitions politiques

Les sujets de discorde entre les deux hommes, au-delà de l’échec de l’offensive estivale, sont nombreux. Le chef d’état-major s’était agacé, en août 2023, de la décision prise par le président de limoger les responsables régionaux des centres de recrutement militaire. M. Zelensky a, de son côté, peu apprécié la tribune publiée par le général Zaloujny, en novembre de la même année, dans l’hebdomadaire britannique The Economist, dans laquelle il évoquait une « impasse » dans la guerre et prévenait qu’il ne fallait pas s’attendre à de « magnifiques percées ». Le président avait contesté publiquement l’analyse du militaire.

Il vous reste 65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.