Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Le parti d’extrême droite allemand Alternative pour l’Allemagne (AfD) a annoncé, lundi 29 janvier, qu’il tiendrait prochainement des discussions avec Marine Le Pen, alors que la figure de proue du Rassemblement national (RN) a récemment pris ses distances avec ce parti auquel elle est alliée au niveau européen.

Selon une enquête publiée mercredi 10 janvier par le site d’investigation allemand Correctiv, plusieurs responsables du parti d’extrême droite allemand se sont retrouvés, en présence de donateurs du parti et de membres de la mouvance néonazie, dans un hôtel de Potsdam, le 25 novembre 2023, pour discuter d’un projet d’expulsion à grande échelle visant des Allemands d’origine étrangère.

Après ces révélations, Marine Le Pen s’était dite prête, lors de ses vœux à la presse, à rompre avec l’AfD, en se disant « en total désaccord avec la proposition qui aurait été discutée ou aurait été décidée dans le cadre » de cette réunion secrète.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés En Allemagne, des responsables du parti d’extrême droite AfD envisagent l’expulsion en masse d’Allemands d’origine étrangère

Le but de ces entretiens est de « rectifier la réalité », a ainsi déclaré lundi le député de l’AfD, Bernd Baumann, depuis Berlin. « Nous considérons qu’il s’agit d’un malentendu (…) que nous espérons clarifier prochainement », a aussi précisé à l’Agence France-Presse un porte-parole de Maximilian Krah, député européen de l’AfD, candidat aux élections européennes de juin.

Partis alliés au Parlement européen

La prise de distance affichée par Marine Le Pen a été jugée d’autant plus surprenante qu’au Parlement européen, le Rassemblement national (RN) et l’AfD sont alliés et siègent dans le même groupe – Identité et démocratie (ID) – où ils comptent respectivement 18 et 10 sièges, sur 63 membres. L’allié allemand paraît actuellement d’autant plus indispensable au RN qu’il recueille plus de 20 % des intentions de vote aux élections européennes.

Selon M. Baumann, Mme Le Pen a fait ses déclarations « sur la base de rapports de presse dont elle a pris connaissance » et qui selon lui étaient « entièrement faux de par leur tonalité ». Des termes tels que « déportation » et « expulsion massive » n’ont pas été utilisés lors de la réunion, a assuré M. Baumann, pour qui il s’agit d’attributions erronées de la part de Correctiv et d’une grande partie de la presse.

La révélation de la tenue de cette réunion a provoqué une onde de choc en Allemagne. Elle a entraîné une mobilisation massive dans la rue de la société civile visant à dénoncer les dangers pour la démocratie que représenterait l’AfD, parti qui s’est solidement installé dans le paysage politique allemand depuis son entrée au Bundestag en 2017.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés L’Allemagne se mobilise contre la montée de l’extrême droite

Vague de mobilisation en Allemagne

Plus de 800 000 personnes sont descendues dans la rue tout au long du week-end du 27 et 28 janvier, notamment à Hambourg et à Düsseldorf, ont annoncé les organisateurs. Le week-end précédent, le nombre de participants avait été évalué à 1,4 million par les organisateurs.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Dans le sillage de cette mobilisation, l’AfD a essuyé dimanche un revers électoral, perdant son pari de remporter une deuxième présidence de canton, lors d’élections locales du district de Saale-Orla, dans la région est-allemande de Thuringe. Son candidat, Uwe Thrume, n’a obtenu que 47,6 % des voix au second tour du scrutin dimanche, améliorant d’à peine 1,9 point son score de premier tour, alors que son rival conservateur a profité d’un fort report de voix pour terminer à 52,4 %.

La défaite de l’AfD, qui partait favorite, a été obtenue « grâce à la mobilisation de la société civile », a jugé le numéro deux de la région de Thuringe, le social-démocrate Georg Maier.

Écouter aussi L’Allemagne peut-elle interdire l’extrême droite ?

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.