Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

L’année 2023 avait commencé un vendredi 13 pour le Livret A. Ce jour-là, Bruno Le Maire, le ministre de l’économie, annonçait au journal de 13 heures de France 2 que le taux de rémunération passerait de 2 % à 3 % au 1er février, un niveau qui n’avait plus été atteint depuis… quatorze ans. De quoi doper (encore) l’attractivité du placement, qui a alors enchaîné plusieurs mois exceptionnels.

La collecte a clairement marqué le pas à l’automne avant de retrouver des couleurs en décembre (+ 2 milliards d’euros), permettant au Livret A de signer sur l’année un nouveau record de collecte nette (les dépôts, moins les retraits), à 28,68 milliards d’euros. Sachant que les records s’entendent depuis 2009, année de la généralisation du Livret A à toutes les banques, les statistiques de la Caisse des dépôts commençant cette année-là.

Au total, son encours a progressé de presque 40 milliards par rapport à fin 2022, effet de cette collecte inédite et d’environ 11 milliards de gains (les intérêts) engrangés par les épargnants. En additionnant les chiffres du Livret de développement durable et solidaire (LDDS), l’encours global frôle désormais les 565 milliards d’euros.

« Outre l’effet taux, la collecte a été portée, notamment en première partie d’année, par l’inflation, qui amène les ménages à épargner », note Philippe Crevel, fondateur du Cercle de l’épargne. En période inflationniste, ces derniers sont en effet incités à jouer davantage la carte de l’épargne, à la fois pour maintenir leur pouvoir d’achat actuel dans le futur et pour « éviter que leur patrimoine ne perde de la valeur », explique Eric Buffandeau, directeur adjoint études, veille et prospective chez BPCE.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Taux du Livret A : pourquoi 3 % (seulement) ?

Si le Livret A a bénéficié en 2023 d’un taux très favorable par rapport aux années précédentes, les épargnants auraient pu espérer plus. En effet, la formule de calcul légale du taux, qui prend en compte pour moitié l’inflation et pour moitié les taux interbancaires à court terme, n’a jamais été appliquée l’an dernier. Après avoir fixé le taux à 3 % à partir de février 2023, au lieu des 3,3 % auxquels aboutissait la formule, Bercy a décidé, à compter d’août 2023, de geler le taux jusqu’à janvier 2025, officiellement pour assurer « stabilité » et « visibilité » aux épargnants.

Financement du nucléaire

La polémique sur la fixation du taux s’est accompagnée, tout au long de l’année, de vifs débats sur l’utilisation qui doit être faite de cette épargne. Doit-elle contribuer à financer la construction de nouveaux réacteurs nucléaires ? Eric Lombard, directeur de la Caisse des dépôts, a mis le sujet sur la table dès janvier 2023 en expliquant que les sommes placées sur le Livret A, le LDDS et le Livret d’épargne populaire (LEP) pouvaient « davantage encore financer la transformation de notre appareil de production énergétique ».

Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.