Meilleures Actions
Histoires Web vendredi, mars 1
Bulletin

Figure de la scène théâtrale, l’acteur Philippe Caubère a été mis en examen jeudi 8 février pour agressions sexuelles, viols et corruption de mineur, pour des faits présumés sur trois mineures, a annoncé le parquet de Créteil, confirmant une information du Parisien.

Il était visé par une enquête préliminaire pour « atteinte sexuelle sur mineur de plus de 15 ans par personne ayant autorité », après la plainte d’une jeune comédienne contre le metteur en scène et comédien de 73 ans, l’accusant d’« atteintes sexuelles » en 2012 alors qu’elle avait 16 ans et lui 61 ans.

Il a été placé sous contrôle judiciaire avec l’obligation de répondre aux convocations de l’Association politique criminelle appliquée et réinsertion sociale (APCARS), l’interdiction d’exercer une activité impliquant un contact habituel avec les mineurs, l’interdiction d’entrer en relation avec les victimes, l’obligation de soins.

Il avait été placé en garde à vue mardi et auditionné par les enquêteurs de la sûreté territoriale du Val-de-Marne, a précisé le parquet, qui a requalifié les faits en viols et agressions sexuelles.

Trois victimes

Après l’ouverture d’une information judiciaire, Philippe Caubère a été mis en examen pour des faits présumés qui se sont déroulés en 2012 pour une première victime, et entre 2010 et 2019 pour une deuxième, a détaillé le ministère public. Il est aussi mis en examen pour corruption de mineur de plus de 15 ans sur une troisième victime, des faits qui se sont déroulés entre 2019 et 2021, selon cette même source.

Début janvier, le comédien avait reconnu un communiqué transmis à l’Agence France Presse avoir eu une relation intime pendant quatre mois en 2012 avec une mineure âgée de 16 ans, une relation selon lui consentie. « Je confirme avoir entretenu une relation intime avec P. de quelques mois alors qu’elle était mineure [entre ses 16 et 17 ans], et la différence d’âge significative entre elle et moi aurait dû me conduire à ne pas entamer une telle relation », avait-il expliqué ajoutant que cette « infraction (…) ne concerne en rien la question de son consentement ».

Il avait déjà fait l’objet d’une plainte pour viol, classée sans suite en 2019. Son accusatrice à l’époque avait dénoncé en mars 2018 des faits de viols commis huit ans auparavant, en 2010, sur sa personne par le metteur en scène. Le parquet de Créteil avait classé sans suite, « aucun élément » ne permettant « de corroborer les déclarations de la plaignante sur l’absence de consentement ». Cette plaignante avait été condamnée en septembre 2021 pour diffamation, condamnation incluant le versement de 1 000 euros « en réparation du préjudice moral » de l’artiste.

Trois salles de spectacles du Gard avaient annulé des représentations du comédien Philippe Caubère, après l’annonce de l’ouverture d’une enquête par le parquet de Créteil.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Plainte contre Philippe Caubère pour « atteinte sexuelle » sur mineure : les échanges qui détaillent un mécanisme d’emprise

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.