Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

Laurent de Gourcuff, patron du poids lourd de l’événementiel Paris Society, a été condamné à vingt-quatre mois de prison avec sursis et une amende de 150 000 euros pour corruption active, jeudi 8 février. Le patron de plusieurs dizaines de restaurants et boîtes de nuit en France comme Maxim’s, Castel ou encore le cabaret Raspoutine, a également été condamné à une interdiction de gérer une entreprise pendant cinq ans et à une peine d’inéligibilité d’un an.

Ses avocats ont aussitôt annoncé qu’ils feraient appel du jugement du tribunal correctionnel de Paris. Lors du procès, en novembre 2023, le parquet avait requis douze mois de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende contre Laurent de Gourcuff, 47 ans.

L’homme d’affaires était soupçonné de trafic d’influence ainsi que de recel de favoritisme en vue de remporter un contrat de concession pour douze ans de l’hippodrome de Longchamp en 2018, qui comprenait notamment un restaurant.

Des cadeaux à un cadre de France Galop en échange d’informations

Il lui est reproché d’avoir reçu des informations privilégiées lors de plusieurs repas avec le directeur marketing et commercial de l’époque de la société gérante de l’hippodrome, France Galop. Laurent de Gourcuff lui aurait également offert un dîner d’anniversaire dans l’un de ses restaurants parisiens, ainsi qu’une perspective de poste de directeur des opérations de l’ensemble de ses établissements au sein de Paris Society. L’ancien cadre de France Galop Fabrice F. a été condamné pour sa part à une peine de vingt-quatre mois de prison avec sursis et une amende de 30 000 euros.

L’affaire a commencé à la suite d’une plainte de Moma Group (Lapérouse, le Bœuf sur le toit, l’Hôtel de la Marine, etc.), entreprise concurrente de Paris Society. Celle-ci avait également formulé une offre pour l’hippodrome de Longchamp qui n’avait pas été retenue. Estimant l’offre de l’entreprise de Laurent de Gourcuff favorisée, Benjamin Patou, PDG de Moma Group avait alors déposé une plainte avant de la retirer. Malgré ce retrait de plainte, la justice avait décidé de maintenir les poursuites.

Lors du procès, le ministère public a estimé que Laurent de Gourcuff et le directeur marketing de France Galop étaient « volontairement passés outre [leurs] obligations », concernant ce marché public, interdisant des contacts informels entre les différentes parties.

Lire l’enquête | Article réservé à nos abonnés Le petit empire chic et cher de Paris Society dans la capitale

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.