Meilleures Actions
Histoires Web lundi, mars 4
Bulletin

« C’est une expérience inhabituelle pour un avocat », s’émeut Tembeka Ngcukaitobi depuis le hall des arrivées internationales de l’aéroport de Johannesburg, le 14 janvier. Un comité d’accueil est venu célébrer le retour de l’équipe juridique sud-africaine qui a porté, les 11 et 12 janvier, les accusations de génocide à Gaza contre Israël devant la Cour internationale de justice (CIJ) aux Pays-Bas.

Deux mois plus tôt, ce sont les Springboks, champions du monde de rugby, qui étaient accueillis au même endroit. La ferveur est évidemment plus faible, mais le sentiment de fierté – celui d’avoir brillé sur la scène internationale – semble être partagé par une partie de l’opinion publique. « L’Afrique du Sud se tient du bon côté de l’histoire », lit-on dans la presse locale et sur les réseaux sociaux, alors que le Congrès national africain (ANC) est un indéfectible soutien de la cause palestinienne depuis son arrivée au pouvoir en 1994.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Devant la Cour internationale de justice, l’Afrique du Sud s’est efforcée de démontrer le « comportement génocidaire » d’Israël à Gaza

Nelson Mandela, dont un bronze est installé dans le palais de la Paix qui abrite la CIJ, à La Haye, ne fut pas uniquement l’homme du prix Nobel de la paix, mais aussi l’avocat du droit à l’indépendance des Palestiniens. Quand l’Afrique du Sud qualifie Israël de « régime d’apartheid », elle lie le sort des Palestiniens à sa propre histoire.

La contre-offensive israélienne sur Gaza, après l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre, lui a ainsi offert l’occasion de dénoncer « l’échec général des institutions de la gouvernance mondiale pour arrêter le meurtre sans vergogne du peuple palestinien », selon Zane Dangor, le directeur du ministère sud-africain des affaires internationales dans une tribune publiée par le média News24. En dépit de « leurs défauts actuels », Zane Dangor assure que « l’Afrique du Sud ne voudrait pas que la confiance dans les institutions internationales se dégrade davantage ».

Une diplomatie influencée par les alliances historiques de l’ANC

Reste que le désamour l’emporte régulièrement. Comme en 2016 quand l’Afrique du Sud avait entamé une procédure de retrait de la Cour pénale internationale (CPI) avant de faire marche arrière. Ou quand des soupçons de retrait ont refait surface en 2023 au moment où, pour le sommet des Brics, elle voulait recevoir le président russe Vladimir Poutine sans l’arrêter malgré le mandat d’arrêt international émis par la CPI pour de présumés crimes de guerre commis en Ukraine. Ou encore quand Pretoria avait refusé d’interpeller l’ancien président soudanais Omar Al-Bachir, en visite en Afrique du Sud en 2015 malgré des poursuites pour génocide émises par la CPI.

Il vous reste 65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.