Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

C’est, d’après les observateurs, le signe incontestable que, malgré la multiplication des opérations policières, les stocks saisis et le démantèlement de filières structurées, l’offre de drogues semble pratiquement inépuisable. Une note détaillée du ministère de l’intérieur consacrée au prix de revente des stupéfiants en 2023 le démontre mieux que toute analyse économique et plus efficacement que n’importe quel discours politique. En résumé, les prix de revente au détail n’ont pas augmenté, quand il était permis de s’attendre à leur hausse en raison d’un marché affecté par d’importantes saisies (128 tonnes de cannabis et 27,7 tonnes de cocaïne en 2022).

Résine et herbe de cannabis ou cocaïne : leur valeur marchande dans les « fours » des cités ou sur les call centers dématérialisés est restée inchangée entre 2022 et 2023, soit un prix au gramme de 8 euros pour la résine et de 10 euros pour l’herbe – stable depuis cinq ans pour les deux – et une infime hausse du prix de la cocaïne, qui passe de 65 à 66 euros le gramme. Pour ce dernier produit, le prix de gros a même enregistré, depuis 2014, « une baisse tendancielle » et dans certaines zones comme la Guadeloupe, située à proximité immédiate de pays producteurs, son prix au gramme défie toute concurrence : 19 euros.

Plus inquiétant encore : le prix de l’héroïne a légèrement baissé, passant de 30 à 28 euros le gramme alors même que la production de l’Afghanistan, leader mondial, a connu un effondrement, divisée par 18 entre 2022 (6 200 tonnes produites) et 2023 (333 tonnes). Entre-temps, sous l’effet d’une réadaptation quasi instantanée du marché, la Birmanie a pris le relais de la production de pavot à opium, passée de 790 tonnes en 2022 à plus de 1 000 tonnes l’année suivante.

Démultiplication des profits

Le document offre également une perspective sur la démultiplication des profits engendrés par le trafic. Achetée au Maroc à 645 euros le kilo, la résine de cannabis se négocie près de cinq fois plus cher au prix de gros une fois arrivée en France, pour un prix de revente moyen de 8 euros le gramme au détail, soit un coefficient multiplicateur final de 12,2.

L’exemple est encore plus frappant avec la cocaïne. L’extension des surfaces cultivées en Amérique latine – qui gagne des pays comme le Venezuela, le Honduras, le Guatemala ou le Salvador –, associée à la modernisation des techniques de production et de transformation de la pâte de coca, engendre des coûts de production relativement faibles et, par conséquent, un prix d’achat au kilo de très bon marché, de l’ordre de 1 000 euros.

Il vous reste 38.78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.