Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Une « amende transactionnelle » de 4,5 millions d’euros a été infligée à la Société générale pour des « prélèvements de commissions d’intervention non justifiées », a annoncé la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) lundi sur son site Internet.

Les faits en question, décelés au cours d’une enquête réalisée entre avril 2019 et janvier 2021, « sont relatifs au délit de pratique commerciale trompeuse », précise la DGCCRF.

Le service dépendant du ministère de l’économie explique que l’amende transactionnelle, « proportionnée à la gravité des faits », a été proposée avec l’accord du parquet de Nanterre et acceptée par la banque.

Les clients « intégralement remboursés »

La Société générale « confirme avoir conclu un accord transactionnel » à la suite d’une enquête « portant sur des prélèvements de frais bancaires non justifiés », dans un communiqué publié lundi par l’Agence France-Presse.

« Dès son identification en 2020, Société générale a décidé de mettre un terme à cette pratique tarifaire qui résultait d’une erreur de paramétrage informatique dans l’application de commissions d’intervention », assure-t-elle, tenant « à préciser que tous les clients particuliers » concernés par ces prélèvements indus de commissions d’intervention « ont été intégralement remboursés ».

L’enquête avait été réalisée par le service consacré à la répression des fraudes de la direction départementale de la protection des populations des Hauts-de-Seine (DDPP92), a encore précisé la DGCCRF sur son site Internet, sans donner davantage de détails.

Lire aussi | Cinq règles pour maîtriser ses frais bancaires

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.