Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

La Ville de Paris a décidé, mercredi 17 janvier, la suspension du versement des subventions à l’école Stanislas, enseignement privé catholique. La municipalité a ajouté, dans un communiqué, que cette décision était « à titre conservatoire, dans l’attente des clarifications requises de la part de l’Etat ».

Cette décision fait suite à la publication mardi soir par Mediapart d’un rapport d’enquête d’une mission menée par les inspecteurs généraux qui dénonce notamment une « dérive », et des « prises de parole intolérables » sur l’homosexualité et catéchisme obligatoire du collège de l’établissement situé dans le 6e arrondissement de Paris), où sont scolarisés les trois fils de la ministre de l’éducation nationale, Amélie Oudéa-Castéra.

L’école privée Stanislas va faire l’objet d’un « plan d’action » suivi avec « rigueur », a promis, mercredi, la ministre de l’éducation, mais direction et diocèse de Paris jugent que ce document ne valide pas les graves reproches relayés dans des médias. Le rapport « a été commandé en février 2023, et bouclé début août 2023. Et aussitôt Gabriel Attal a demandé au rectorat et à l’inspection générale de suivre un plan d’action qui fait presque quinze mesures », a déclaré Amélie Oudéa-Castéra sur France 2. Ce plan « sera suivi avec toute la rigueur nécessaire », a ajouté la ministre.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Au collège Stanislas, l’inspection générale relève notamment de la « brutalité » et du « sexisme »

« Je précise que ce rapport ne remonte aucun fait d’homophobie, ni aucun cas de harcèlement. Le seul cas d’homophobie a fait l’objet d’un signalement au procureur via la procédure de l’article 40 », a dit la ministre, accusée d’avoir dénigré l’enseignement public pour justifier le transfert de son fils aîné à Stanislas.

Dans un nouvel article publié mercredi soir, Mediapart décrit, enregistrement à l’appui, d’autres cas de propos et comportements homophobes dans l’établissement.

Signalement au procureur de Paris

Le directeur de l’école Stanislas, Frédéric Gautier, s’est « étonné » de la publication de ce rapport et affirme que les inspecteurs « ne confirment pas les faits d’homophobie, de sexisme et d’autoritarisme mis en avant par les articles de presse », dans un communiqué publié mardi. « Nous prenons acte des quatorze préconisations du rapport », a-t-il cependant ajouté.

Celles-ci « doivent faire l’objet d’un travail approfondi avec le rectorat de Paris », a-t-il précisé dans un second communiqué mercredi. L’établissement a « en interne commencé à travailler » sur celles qui dépendent de sa « responsabilité ».

De son côté, la direction diocésaine de l’enseignement catholique de Paris a estimé qu’« à l’exception d’un seul cas » qui « a été traité en mettant fin aux fonctions de la personne concernée », il n’a « pas été fait état de sanctions possibles dans [les] échanges avec l’administration » ou « d’irrégularité grave ». « La mission [d’inspection] nous a déclaré ne pas confirmer les accusations qui avaient motivé cette enquête », affirme la direction diocésaine.

Les sénateurs Ian Brossat et Pierre Ouzoulias (Parti communiste) ont, pour leur part, annoncé « saisir aux côtés de SOS Homophobie la justice » au vu des conclusions du rapport. Ils affirment effectuer « un signalement au procureur de Paris au titre de l’article 40 du code de procédure pénale » et saisir « par voie d’avocat le préfet de Paris pour demander le déconventionnement du lycée ».

Newsletter

« Politique »

Chaque semaine, « Le Monde » analyse pour vous les enjeux de l’actualité politique

S’inscrire

La Ville de Paris a versé, au titre de l’année scolaire 2022-2023, pour les écoles maternelle, élémentaire et le collège de l’établissement Stanislas un montant de 1 373 905 euros, correspondant aux 483 élèves scolarisés en école maternelle et élémentaire, et aux 1 329 élèves au collège, dans le cadre des règles sur le financement des établissements privés sous contrat par les collectivités. Contactée par l’Agence France-Presse, la Mairie de Paris souligne que sera suspendu « le paiement des prochaines échéances » à l’établissement pour l’année en cours, sans plus de détails. Au total, l’école accueille 3 500 élèves de la maternelle aux classes préparatoires.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Les oppositions appellent à la démission d’Amélie Oudéa-Castéra, accusée de « mensonge »

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.