Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

Prises dans les secousses de la géopolitique et du réchauffement climatique, les routes maritimes rencontrent de fortes perturbations. En quelques mois, le trafic a ainsi été bouleversé sur deux axes cruciaux pour le commerce de la planète.

Le canal de Panama, qui relie les océans Atlantique et Pacifique et par lequel transitent 5 % du commerce maritime mondial, a vu son trafic diminuer de 30 % en raison d’une sécheresse inédite qui a diminué le niveau de l’eau des écluses. Les navires reliant la Chine à la façade est du continent américain doivent patienter plusieurs semaines, payer des millions de dollars pour acquérir un droit de passage ou décharger leurs marchandises pour qu’elles soient acheminées par voie terrestre.

A l’autre bout de la planète, l’axe stratégique reliant l’Europe à l’Asie par le canal de Suez et la mer Rouge a perdu 40 % de son trafic depuis décembre 2023, dans la foulée de l’offensive israélienne à Gaza. Les houthistes yéménites, soutenus par Téhéran, qui disent agir « en solidarité » avec les Palestiniens, multiplient les attaques contre les navires autour du détroit de Bab Al-Mandab. Même si le nombre d’incidents a diminué depuis la fin janvier, la menace reste élevée, tout comme les primes d’assurance. Nombre de navires préfèrent désormais longer l’Afrique, en passant par le cap de Bonne-Espérance, ce qui augmente les délais et les coûts de transport.

Commerce des céréales chamboulé

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le 24 février 2022, les interruptions du trafic maritime en mer Noire ont chamboulé le commerce mondial de céréales. L’Egypte, dont les importations de blé ukrainien ont chuté de 81 % au cours des huit premiers mois du conflit, a dû s’approvisionner en catastrophe auprès de la Russie, des Etats-Unis et de l’Union européenne. L’Ethiopie, quant à elle, s’est tournée vers l’Argentine et les Etats-Unis.

LES CRISES GÉOPOLITIQUES déroutent BRUTALEMENT LE TRAFIC

Actes de piraterie entre 2023 et 2024

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE AFFECTE DURABLEMENT LES ROUTES TRADITIONNELLES

Port parmi les plus vulnérables au changement climatique

Zone touchée par des événements climatiques extrêmes

80 % des BIENS éCHANGéS DANS LE MONDE dépendent du trafic maritime

Canal de Panama

Frappé par la sécheresse

Passage stratégique

Nombre de passages par mois

Gibraltar

Passage stratégique

Nombre de passages par mois

Détroit du Bosphore

Passage stratégique

Nombre de passages par mois

La mer Noire

Sous blocus russe et contrôle turc


Canal de Suez

Maillon faible du commerce mondial

Passage stratégique

Nombre de passages par mois

Détroit de Bad Al-Mandab

Sous le feu des houthistes

Passage stratégique

Nombre de passages par mois

Cap de Bonne-Espérance

Un substitut coûteux au canal de Suez

Depuis les attaques des houthistes yéménites en mer Rouge, nombre d’armateurs optent pour le
contournement de l’Afrique, malgré l’augmentation des coûts et des délais. Ce détour entraîne une
baisse des dessertes des ports méditerranéens.

Passage stratégique

Nombre de passages par mois

Golfe de Guinée

Repaire de pirates

Zone maritime la plus dangereuse du monde, elle concentre 90 % des enlèvements de marins. Bien
que cette région ne soit pas traversée par une grande route commerciale, les pirates sont
désormais capables d’attaquer en haute mer, compliquant les opérations de surveillance et de
secours.

Détroit d’Ormuz

Passage stratégique

Nombre de passages par mois

Détroit de Malacca

Un navire toutes les huit minutes

Passage obligé entre l’Asie et l’Europe, c’est le deuxième détroit le plus emprunté, après celui
d’Ormuz pour le transport du pétrole. Un navire y passe toutes les huit minutes, malgré les
risques élevés de piraterie. Avec la montée des tensions en mer de Chine, des voies de
contournement sont à l’étude, comme le percement d’un canal dans l’isthme de Kra, en Thaïlande, ou
la création d’un corridor terrestre via la Birmanie. Des projets qui ne font pas l’unanimité
parmi les Etats concernés.

Passage stratégique

Nombre de passages par mois

Détroit de Taïwan

Convoité par Pékin

La Chine, qui revendique la souveraineté sur Taïwan, multiplie les actions d’intimidation autour
de l’île, au risque de perturber le trafic sur cet axe stratégique par lequel ont transité 48 %
des porte-conteneurs mondiaux, en 2022. Le contournement du détroit pousserait les navires vers
les eaux philippines touchées par les typhons.

Passage stratégique

Nombre de passages par mois

Les ports du Sud-Est chinois

Dans l’œil du cyclone

Les infrastructures portuaires sont particulièrement vulnérables aux risques de tempête et de
submersion, amplifiés par le réchauffement climatique. A l’été 2023, le typhon Doksuri a frappé la
Chine, provoquant les pires inondations depuis un demi-siècle à Pékin, et contraignant les grands
ports du sud-est du pays à refuser des dizaines de navires, jusqu’à entraîner des perturbations
des chaînes de logistique mondiales.

L’Arctique

L’émergence d’une route polaire

La fonte des glaces pourrait dégager cette route et raccourcir les trajets entre l’Europe et
l’Asie. Une perspective encore lointaine, en raison entre autres du manque d’infrastructures
portuaires pour les navires à grand tonnage. Cette voie, ouverte une partie de l’année, n’est en
outre accessible qu’à certains navires équipés pour les conditions extrêmes, ou escortés de
brise-glaces russes.

L’inquiétude est telle que Bruxelles a révisé sa stratégie en octobre 2023, pour « maintenir la stabilité et la sécurité le long des principales routes maritimes ». Outre les guerres, la hausse du narcotrafic augmente le risque d’immobilisation des navires en cas d’inspection. La piraterie, qui reprend de plus belle dans l’océan Indien, à la faveur du départ vers la mer Rouge des forces navales de la coalition emmenée par Washington, représente une menace supplémentaire. « Les attaques, pour la plupart probablement liées à des contentieux de pêche illégale, reprennent au large de la Somalie et dans l’océan Indien, depuis novembre 2023, signale Louis Borer, analyste en sûreté maritime au cabinet Risk Intelligence. Des attaques plus ambitieuses en haute mer ont également été rapportées – notamment dans le golfe de Guinée, point chaud de la piraterie dans le monde, avec des attaques violentes, complexes, parfois à long rayon d’action. »

Il vous reste 19.19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.