Meilleures Actions
Histoires Web vendredi, mars 1
Bulletin

Le détenteur du record du monde du marathon Kelvin Kiptum, grand favori pour le titre olympique de la discipline aux Jeux de Paris cet été, est mort dans un accident de la route dans le centre du Kenya, dimanche 11 février, à l’âge de 24 ans.

« L’accident s’est produit vers 23 heures (21 heures à Paris). La voiture avait trois occupants. Deux sont morts sur le coup tandis qu’un a été transporté à l’hôpital », a déclaré à la presse le commandant du comté d’Elgeyo Marakwet, Peter Mulinge, confirmant que « les deux [morts] sont Kiptum et son entraîneur » Gervais Hakizimana.

« C’est Kiptum qui conduisait en direction d’Eldoret et le conducteur a perdu le contrôle [du véhicule] (…), tuant les deux sur place. Une passagère a été blessée et a été transportée d’urgence à l’hôpital », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Le Kényan Kelvin Kiptum bat le record du monde de marathon en se rapprochant des deux heures

« Un athlète extraordinaire »

Kiptum avait fait une irruption tonitruante dans le monde du marathon, battant le record du monde de la discipline à Chicago en octobre dernier (2 h 00 min et 35 sec), pulvérisant de 34 secondes le temps de son compatriote Eliud Kipchoge, pour le troisième marathon de sa carrière seulement. Le Kényan avait annoncé qu’il allait tenter de devenir le premier homme à courir un marathon officiel sous la barre symbolique des deux heures à Rotterdam le 14 avril.

Kiptum a perdu la vie non loin de ses routes d’entraînement et de son village d’origine de Chepkorio, à une quarantaine de kilomètres d’Eldoret, dans la vallée du Rift haut lieu de la course de fond kényane. Il était entraîné par le Rwandais Gervais Hakizimana, qui avait rencontré Kiptum pendant ses séjours d’entraînement au Kenya.

« Nous sommes bouleversés et profondément attristés d’apprendre la mort de Kelvin Kiptum et de son entraîneur, Gervais Hakizimana », a commenté Sebastian Coe, le président de World Athletics, la fédération internationale d’athlétisme, saluant dans un communiqué « un athlète extraordinaire qui laisse un héritage extraordinaire ». « Il nous manquera », conclut-il.

Ce décès rappelle la mort brutale − non pas d’un accident mais des suites d’un meurtre −, d’un autre grand marathonien kényan, Samuel Wanjiru, au même âge en 2011, après son titre olympique en 2008 aux Jeux olympiques de Pékin.

Lire aussi | Mort d’un champion du marathon : la thèse du meurtre confirmée

Le Monde

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.