Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

La phrase est terrible. Elle prive Joe Biden de tout soulagement, à la lecture du rapport du procureur spécial Robert Hur, publié jeudi 8 février. Le magistrat a longuement enquêté sur les documents classifiés détenus sans autorisation par le démocrate avant son élection. Robert Hur a conclu qu’il ne disposait pas assez d’éléments en vue d’une inculpation, même si ces archives ont été conservées à tort. Dans son long rapport, le procureur écrit ceci, pour justifier sa décision : « Nous avons aussi estimé qu’au moment d’un procès, M. Biden se présenterait sans doute devant un jury, comme il l’a fait lors de notre entretien avec lui, comme un homme âgé, sympathique et bienveillant, avec une mauvaise mémoire. »

Lire aussi : Un éditorial du « Washington Post » met des mots sur le principal handicap de Joe Biden pour sa réélection : son âge

Robert Hur n’est pas un expert médical. Relevant plus du commentaire spéculatif que de l’appréciation juridique, sa phrase ressemble à une grenade dégoupillée. « Si vous êtes trop sénile pour être jugé, alors vous êtes trop sénile pour être président », a réagi Alex Pfeiffer, l’un des conseillers de Donald Trump. Les nombreuses références dans le rapport à la mémoire défaillante de Joe Biden – entendu par le procureur en octobre 2023 – ont étouffé sa principale conclusion : l’absence d’inculpation. Elles donnent, surtout, une force inédite aux interrogations sur sa capacité physique et mentale à se représenter.

Très remonté en raison de la couverture médiatique du rapport, Joe Biden s’est présenté devant les journalistes pour une intervention imprévue, vers 20 heures. Il a rejeté toute allusion à sa santé défaillante – « ma mémoire va bien » – et s’apprêtait après dix minutes à quitter la pièce, avant de rebrousser chemin pour évoquer les négociations en cours sur les otages à Gaza. Il a alors mentionné « le président du Mexique, Sissi ». Qui est celui de l’Egypte.

Simple bourde ? Les épisodes inquiétants se multiplient. Le 6 février, à la Maison Blanche, il était presque douloureux de voir Joe Biden chercher ses mots en plissant les yeux. Le président des Etats-Unis venait de lire un discours offensif, dans lequel il dénonçait les calculs républicains au Congrès, au sujet de la sécurisation de la frontière avec le Mexique. Puis un journaliste l’avait, là aussi interrogé, sur les otages à Gaza. « Il y a du mouvement, et je ne veux pas… je ne veux pas… eh bien, laissez-moi… choisir mes mots. Il y a du mouvement. Il y a eu une réponse du… il y a eu une réponse de l’opposition, mais… » Dans l’assistance, on vient à son secours. « Du Hamas ? » Joe Biden enchaîne. « Oui, je suis désolé, du Hamas. Mais elle semble un peu dépasser les bornes. »

Il vous reste 75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.