Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, février 21
Bulletin

Leur mobilisation semble avoir payé. Une prime exceptionnelle, portée jusqu’à 1 900 euros pour les policiers et les gendarmes travaillant en Ile-de-France, sera versée par l’Etat en compensation de leur mobilisation durant les Jeux olympiques et paralympiques, a annoncé le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, mardi 30 janvier. « Cette prime sera versée avec plusieurs niveaux selon la situation de chacun », écrit-il dans un courrier adressé à tous les agents du ministère.

Le 18 janvier, des centaines de policiers avaient manifesté à Paris, à Strasbourg ou à Bordeaux, pour réclamer des « mesures exceptionnelles », une meilleure anticipation de leur temps de travail et des aides à la garde d’enfants pendant les Jeux.

Gérald Darmanin confirme dans sa lettre la « mobilisation à 100 % » des agents du 26 juillet au 11 août et la possibilité de poser dix jours ouvrés de congés pour chaque agent entre le 15 juin et le 15 septembre prochains. Ainsi, tous les agents qui « auront effectivement limité leurs périodes de congés » pendant l’événement toucheront une prime minimale de 1 000 euros.

La prime est portée à 1 600 euros pour les policiers travaillant dans un département accueillant une épreuve olympique, y compris la Polynésie française, où se déroulera l’épreuve de surf, ainsi que pour les CRS et les personnels « déplacés durablement en renfort ».

La prime maximale de 1 900 euros sera versée aux effectifs engagés en Ile-de-France et à la Préfecture de police de Paris, ainsi qu’aux agents de la police aux frontières mobilisés dans « les aéroports parisiens et les transports internationaux ». Les gendarmes toucheront les mêmes montants.

Heures supplémentaires et mesures d’accompagnement social

Cette prime était initialement comprise entre 500 et 1 500 euros. Les syndicats de police s’étaient mobilisés pour obtenir 2 000 euros pour tous les agents. A cette prime s’ajoute une indemnité de 50 euros par nuit pour tous les policiers déplacés au moins cinq jours sur des missions de sécurité ou en lien avec les Jeux olympiques de Paris 2024.

Le ministre s’engage aussi au paiement à 100 % des heures supplémentaires, par un compteur spécifique, qui seront « déplafonnées et défiscalisées ». Les syndicats réclamaient également des mesures d’accompagnement social, en particulier de garde d’enfants.

L’Etat financera ainsi le « doublement du chèque emploi-service universel », annonce Gérald Darmanin, jusqu’à 350 euros par enfant pour les mères ou pères célibataires.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés A Paris, les policiers en colère réclament des « mesures exceptionnelles » avant les Jeux olympiques

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.