Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

Dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, le toit d’un véhicule de l’ONG américaine World Central Kitchen (WCK) apparaît percé d’un trou béant, à l’endroit de son logo en forme de poêle : l’impact d’un tir de drone qui n’aurait pas explosé. Un autre véhicule est complètement carbonisé.

Lundi 1er avril, au centre de la bande de Gaza, sept membres de l’organisation de distribution de nourriture ont été tués dans la frappe israélienne.

Selon le quotidien israélien Haaretz, citant des sources sécuritaires, trois missiles ont été tirés, coup sur coup, contre le convoi de WCK : après la première frappe, le groupe d’humanitaires visés se serait réfugié dans le second véhicule, avant que cette voiture soit frappée à son tour. Blessés, les volontaires ont été tués par une troisième frappe alors qu’ils tentaient de se protéger dans le dernier véhicule du convoi. L’armée israélienne a indiqué viser un homme armé, que les militaires avaient repéré sur un camion, dans le hangar de l’ONG, mais qui n’aurait ensuite jamais rejoint le trajet.

Coordonnées GPS transmises à l’armée israélienne

« Notre convoi a été touché alors qu’il quittait l’entrepôt de Deir Al-Balah, où notre équipe avait déchargé plus de 100 tonnes d’aide humanitaire apportée à Gaza par le couloir maritime », décrit l’organisation dans un communiqué publié sur son site, en précisant que ses coordonnées GPS avaient été transmises à l’armée israélienne pour que le convoi puisse être correctement identifié sur le terrain. Les trois véhicules, dont deux blindés, se dirigeaient vers le centre logistique de WCK à Rafah, à la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte, précise Sean Carroll, le PDG d’Anera, principal partenaire de l’organisation dans la zone, joint par téléphone à Amman, en Jordanie. Le convoi était escorté par trois personnes chargées de la sécurité au cours du trajet.

Le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, a annoncé une « enquête au plus haut niveau » pour éclaircir les circonstances de ce qui est désigné comme un « tragique accident ». Le bombardement intervient alors que le respect du droit humanitaire de la guerre par Israël a été interrogé ces dernières semaines devant la Cour internationale de justice de La Haye. Pour le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, l’armée israélienne a « frappé des innocents de manière non intentionnelle ». « Cela peut arriver pendant une guerre.  »

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés La Cour internationale de justice ordonne à Israël d’empêcher la famine qui « s’installe » à Gaza

En quelques mois, l’ONG américaine, créée par le célèbre chef étoilé José Andrés en 2011, est devenue l’un des principaux acteurs humanitaires dans la bande de Gaza où plus de 32 000 Palestiniens ont été tués depuis le 7 octobre. Plusieurs jours après l’attaque du Hamas, l’organisation a installé son principal centre d’opérations au Caire, en Egypte, d’où ses membres ont commencé à piloter l’envoi d’aide humanitaire par camions, à travers la région du Sinaï et le passage de Rafah, malgré de nombreux obstacles. L’Egypte leur aurait imposé une organisation intermédiaire pour la coordination de ces livraisons terrestres. « Ils ont des ressources opérationnelles que je n’avais jamais vues jusque-là », précise Sean Carroll, dont l’organisation, Anera, est présente dans la bande de Gaza depuis une cinquantaine d’années, et avec laquelle WCK a ponctuellement travaillé en 2021 et 2022.

Il vous reste 65.95% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.