Meilleures Actions
Histoires Web vendredi, mars 1
Bulletin

Retrouvez ici notre point de situation publié hier

La France, vivement préoccupée après les frappes israéliennes intervenues à Rafah (sud de la bande de Gaza), a exhorté, dimanche 11 février, Israël à l’arrêt des combats. « Une offensive israélienne à grande échelle à Rafah créerait une situation humanitaire catastrophique d’une nouvelle dimension et injustifiable », a réagi le porte-parole adjoint du ministère des affaires étrangères, Christophe Lemoine. « Afin d’éviter un désastre, nous réitérons notre appel à un arrêt des combats », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Paris rappelle que « Rafah est aujourd’hui un lieu où plus de 1,3 million de personnes se réfugient. C’est aussi un point de passage vital pour acheminer l’aide humanitaire pour la population de Gaza », souligne le porte-parole du Quai d’Orsay.

« A Gaza comme partout ailleurs, la France s’oppose à tout déplacement forcé de populations, proscrit par le droit international humanitaire », a commenté Christophe Lemoine. « L’avenir de la bande de Gaza et de ses habitants ne pourra s’inscrire que dans un Etat palestinien vivant en paix et en sécurité aux côtés d’Israël », a-t-il également ajouté.

Benyamin Nétanyahou persiste pour une offensive sur Rafah

Le premier ministre israélien persistait dimanche dans sa volonté de lancer une offensive militaire contre Rafah. « La victoire est à portée de main. Nous allons le faire », a déclaré Benyamin Nétanyahou dans un entretien à la chaîne ABC News diffusé dimanche, qualifiant Rafah de « dernier bastion » du mouvement islamiste.

« Ceux qui disent qu’il ne faut absolument pas entrer dans Rafah sont en réalité en train de nous dire qu’il faut perdre la guerre, et laisser le Hamas sur place », a-t-il affirmé. Israël assurera « un passage sécurisé à la population civile pour qu’elle puisse quitter » les lieux, a-t-il précisé. « Nous mettons au point un dispositif détaillé pour y parvenir, a-t-il ajouté, nous n’abordons pas cela avec désinvolture. » Il a mentionné les zones au nord de Rafah qui ont été dégagées et pourraient, selon lui, être utilisées comme zones sécurisées pour les civils.

Les combats semblaient particulièrement intenses dimanche à quelques kilomètres au nord, à Khan Younès, l’un des bastions du commandement du Hamas, où l’armée israélienne traque ses combattants depuis plusieurs semaines. Des correspondants de l’Agence France-Presse (AFP) ont entendu des explosions régulières, des avions en survol et vu plusieurs panaches de fumée noire s’échapper de la ville et de ses environs.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Gaza-Israël : Benyamin Nétanyahou écarte une trêve et maintient une position dure

Selon le Hamas, une offensive contre Rafah menacerait un accord sur les otages

Le Hamas a averti dimanche qu’une offensive militaire israélienne contre Rafah menacerait les négociations en cours sur un échange d’otages et de Palestiniens détenus par Israël.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Ce que le premier ministre israélien et l’armée « n’ont pas réussi à faire en plus de quatre mois, ils échoueront à le faire quel que soit le temps que la guerre durera », a souligné dimanche à l’AFP un responsable du Hamas.

Le ministère de la santé du Hamas a annoncé dimanche un bilan de 28 176 personnes tuées, dont 112 sont mortes au cours des dernières vingt-quatre heures, et de 67 784 personnes blessées depuis le début de la guerre. Ce bilan n’a pas pu être vérifié de manière indépendante.

L’Iran appelle à exclure Israël de l’ONU

Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a appelé dimanche à exclure Israël de l’Organisation des Nations unies (ONU), en célébrant le quarante-cinquième anniversaire de la révolution islamique, marqué par des rassemblements à Téhéran et dans les grandes villes d’Iran.

Car « ce qui arrive à Gaza aujourd’hui est un crime contre l’humanité, et les soutiens de ce régime criminel sont les Etats-Unis et certains pays occidentaux », a-t-il déclaré au cours d’un discours prononcé devant des milliers de personnes rassemblées sur la place Azadi (« Liberté ») dans la capitale en ce jour férié.

Le président Raïssi a accusé Israël d’avoir « violé quatre cents déclarations, résolutions et accords » conclus au sein des « organisations internationales ».

Lire le décryptage | Article réservé à nos abonnés Entre calculs et fébrilité, comment l’Iran a réévalué sa stratégie régionale après l’attaque du Hamas contre Israël

Une guerre « dévastatrice » pour l’économie palestinienne, selon le FMI

La guerre entre Israël et le Hamas a ravagé l’économie palestinienne en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, a déclaré dimanche la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). « Les perspectives désastreuses de l’économie palestinienne s’aggravent à mesure que le conflit se poursuit », a ajouté Kristalina Georgieva, lors du sommet mondial des gouvernements à Dubaï.

« Seules une paix durable et une solution politique changeront fondamentalement la situation, a-t-elle estimé. Sur le plan économique, l’impact du conflit a été dévastateur. »

Dans la bande de Gaza, l’activité économique a chuté de 80 % d’octobre à décembre 2023 par rapport à la même période en 2022, selon la directrice du FMI. En Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967, la baisse a été de 22 %, a-t-elle précisé.

Le Monde

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.