Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, février 21
Bulletin

Nommé par le président Volodymyr Zelensky, jeudi 8 février, au poste de chef d’état-major des forces armées ukrainiennes, le général Oleksandr Syrsky est avant tout un soldat, qui s’est tenu loin de la politique et n’a guère utilisé ses faits d’armes pour se faire connaître du public. Sa carrière militaire jusqu’au sommet ne l’a pas empêché, à 58 ans, malgré ses responsabilités nationales au sein de l’état-major, de rester proche des lignes de front et du combat. M. Zelensky a salué « le général le plus expérimenté d’Ukraine ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés En difficulté sur le terrain militaire, le président Zelensky change de chef des armées

Né en Russie, ayant commencé ses études militaires à Moscou, Oleksandr Syrsky a choisi l’Ukraine, où il était basé à l’époque, dès la fin de l’URSS et l’indépendance du pays en 1991. Promu général en 2009, il a participé dès 2013, soit avant la révolution pro-européenne de Maïdan, à la coopération avec l’OTAN et aux réformes de l’armée ukrainienne. Quand la Russie a annexé la Crimée et déclenché le conflit dans le Donbass, en 2014, il a été en première ligne contre les séparatistes prorusses en tant que chef des « opérations antiterroristes ». Puis le général a commandé les forces armées sur tout le front oriental jusqu’à sa nomination, en 2019, à la tête de l’armée de terre.

Depuis l’invasion russe du pays le 24 février 2022, le général Syrsky a joué un rôle essentiel dans la défense de Kiev, empêchant l’armée russe de conquérir la capitale ukrainienne. Puis, au fil de la guerre, il n’a pas hésité à déplacer son quartier général avancé, d’abord à Kharkiv (nord), où il a commandé la contre-offensive audacieuse ayant permis de reconquérir la région jusqu’à Izioum, puis près de Dnipro (est), où il a eu le rôle ingrat de tenter de contenir les assauts russes dans le Donbass. Il est considéré comme un ascète, un travailleur acharné et un planificateur hors pair.

Actions audacieuses

La défense de Kiev reste son fait d’armes incontestable. Oleksandr Syrsky confiait au Monde, il y a un an, que c’était son chef, le général Valeri Zaloujny lui-même, auquel il vient de succéder à la tête de l’état-major des forces armées, qui l’avait tiré du lit, le 24 février 2022, pour lui annoncer que l’Ukraine faisait face à une invasion de l’armée de Moscou.

Les deux généraux font alors un double choix : d’abord, tenir certaines lignes coûte que coûte, comme à Irpine, et affronter l’ennemi frontalement, afin d’éviter qu’il ne pénètre dans Kiev et ne transforme le conflit, du côté ukrainien, en guérilla urbaine ; ensuite, laisser l’ennemi s’avancer le long des routes du nord, quitte à perdre des territoires, afin d’étirer tellement ses lignes que les colonnes blindées puissent être prises en embuscade, et manquent de soutien logistique.

Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.