Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

Plus qu’un programme définitif, Giorgia Meloni a proposé une approche, un discours et « surtout une philosophie », selon les mots choisis par la présidente du conseil des ministres d’Italie. Au sommet Italie-Afrique, qui s’est tenu lundi 29 janvier à Rome, Mme Meloni a exposé les grandes orientations de son plan de soutien au développement sur le continent, en l’illustrant par des « projets pilotes » dans neuf pays. Baptisé en l’honneur d’Enrico Mattei (1906-1962), le fondateur de la compagnie nationale des hydrocarbures ENI, le plan que la présidente du conseil avait annoncé dès les tout premiers jours de son mandat, en octobre 2022, reste cependant à construire. La rencontre de Rome, qui a réuni vingt-cinq chefs d’Etat et de gouvernement africains, a, en effet, été présentée par la partie italienne comme la première étape d’un long parcours.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés En Italie, l’ambition africaine de Giorgia Meloni

En présence du président de l’Union africaine, Azali Assoumani, Mme Meloni a répété les principes qui doivent, selon elle, déboucher sur une forme nouvelle de coopération. Ils se résument aux mots d’ordre de relations « d’égal à égal » et de « non-prédation ». Depuis son arrivée au pouvoir, de visites officielles en grands rendez-vous internationaux, Giorgia Meloni n’a cessé de marteler sa vision de ce que devraient être les relations entre l’Europe et une Afrique toujours prise en bloc. Le grand dessein qu’elle entend mettre en avant grâce à la présidence du G7 assurée par l’Italie en 2024 consiste à encourager les investissements dans les pays africains de départ et de transit des flux migratoires, l’ambition déclarée étant de combattre, à terme, les causes profondes du phénomène. Par ailleurs, tout en promouvant les voies d’accès légales à l’immigration, Mme Meloni entend faire de la péninsule italienne un « hub » énergétique entre les ressources africaines et les marchés européens.

Maintes fois répétée, cette vision, à nouveau développée lundi par la présidente du conseil, a été étayée à grands traits par plusieurs lignes directrices censées être suivies par le gouvernement italien et ses partenaires. Giorgia Meloni a ainsi parlé d’éducation et de formation professionnelle, d’agriculture, de santé, d’énergie et d’accès à l’eau, déclinant une série de projets, comme la mise en place un « centre agroalimentaire » au Mozambique, le creusement de puits en République du Congo, la participation à un programme d’épuration des eaux en Ethiopie ou encore le développement de la filière des biocarburants au Kenya.

Problème de communication

Il vous reste 45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.