Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Il n’est jamais explicitement nommé. Le projet de Super Ligue semble pourtant bien visé par une déclaration commune des ministres des sports de l’Union européenne (UE) – à l’exception de l’Espagne –, publiée jeudi 8 février, alors que se déroule un congrès de l’Union des associations européennes de football (UEFA), à Paris.

Dans ce texte, ils invitent ainsi « les instances dirigeantes du sport à organiser des compétitions sportives dans le respect des principes d’ouverture, d’égalité des chances, de mérite sportif, de lien entre les performances annuelles dans les compétitions nationales et toutes les compétitions européennes, de solidarité financière, d’intégrité et d’équité ».

Une prise de position on ne peut plus claire contre l’esprit même de la Super Ligue, compétition privée qui rêve de supplanter la prestigieuse Ligue des champions. Aujourd’hui, les meilleurs clubs des championnats nationaux du continent accèdent – ou ont la possibilité d’accéder par des tours préliminaires – au rendez-vous phare européen.

La déclaration des Vingt-Six intervient surtout après que la Cour de justice de l’Union européenne a jugé, en décembre 2023, l’interdiction de ce projet contraire au droit de l’UE.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Super Ligue : l’ouverture d’une nouvelle ère pour le football européen ou une décision qui « ne change rien » ?

La première mouture de la Super Ligue, en 2021, réservant son accès à douze des plus grands clubs européens – les plus riches aussi –, avait provoqué un tollé. Ses promoteurs ont décidé de revoir leur copie. L’organisation A22, créée après l’échec du projet initial, parle désormais d’une compétition ouverte à 64 clubs répartis en trois ligues. Elle n’a donné aucune précision ni sur le calendrier ni sur le niveau d’approbation parmi les clubs européens.

« L’affaire de la Super Ligue est en suspens »

« [Nous] soutenons les principales caractéristiques d’un modèle sportif européen, notamment la structure pyramidale, le système ouvert de promotion et de relégation, l’approche par la base et la solidarité, le rôle du sport dans l’identité nationale », écrivent les ministres de l’UE dans leur déclaration commune, qui invitent aussi « les instances dirigeantes (…) à garantir l’équilibre entre la dimension économique du sport et ses fonctions éducatives et sociales ».

Quant à l’absence de signature de Madrid, une source au sein du conseil des sports espagnol s’est voulue explicite : « Le gouvernement a décidé de ne pas signer la déclaration (…), car l’affaire de la Super Ligue est en suspens. » Et d’ajouter que l’Espagne est « le seul pays de l’UE où des procédures judiciaires [sur ce projet] sont en cours ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Super Ligue de football : « La bataille juridique n’est pas close, la bataille politique peut commencer »

Le Real Madrid et le FC Barcelone, les deux plus prestigieux clubs nationaux, sont parmi les plus fervents partisans de la Super Ligue. Le président du Barça, Joan Laporta, a ainsi estimé la semaine dernière qu’elle pourrait « démarrer dès la saison prochaine, ou en 2025-2026 ».

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.