Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, février 21
Bulletin

Un collégien de 13 ans résidant à Laval a été mis en examen, jeudi 18 janvier, pour avoir effectué, par « jeu » selon lui, de nombreuses fausses alertes à la bombe à travers toute la France, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Rennes. A ce stade, l’instruction ouverte à Rennes sur ces fausses alertes concerne notamment la gare de Rennes (10 janvier), les aéroports de Rennes et de Hyères-Toulon (31 décembre) et deux rédactions du quotidien régional Ouest-France (Laval et Rennes, fin décembre).

Mais « plusieurs centaines de fausses alertes sur tout le territoire national (notamment au préjudice d’aéroports, tribunaux, universités, etc.) pourraient être imputées à ce mineur », souligne le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, confirmant une information d’Ouest-France.

Plusieurs membres d’une même famille – les deux parents et deux enfants – domiciliée à Laval avaient été interpellés lundi et placés en garde à vue dans le cadre de cette enquête. « L’un des enfants de la famille, un mineur né en 2010, scolarisé en 4e, a reconnu être auteur de nombreuses alertes à la bombe sur l’ensemble du territoire national », disant « avoir agi par “jeu” sans aucune considération politique ou religieuse », explique M. Astruc.

Coopération internationale

L’adolescent utilisait un VPN (réseau privé virtuel) étranger pour masquer son adresse Internet et éviter d’être localisé, mais les policiers sont parvenus à l’identifier « par leurs investigations techniques et en activant une coopération internationale », précise le procureur. Les parents et le frère du suspect ont été mis hors de cause et libérés mardi soir. Quant au mineur, « qui paraît souffrir de troubles importants de la personnalité », il a été présenté jeudi après-midi au juge d’instruction.

Il a été mis en examen pour divulgation d’information fausse afin de faire croire à une destruction dangereuse, menace de mort, tentative d’extorsion, des faits passibles d’une peine maximale de sept ans de prison, précisé M. Astruc. Le magistrat instructeur a également ordonné « une mesure éducative judiciaire provisoire pour une durée d’un an », précise-t-il.

« Ce type de menace particulièrement inacceptable constitue une atteinte grave à la tranquillité publique et conduit à mobiliser d’importants services de police ou de gendarmerie au préjudice d’autres missions, et présente au surplus un caractère particulièrement anxiogène dans le contexte très réel de menace terroriste que nous connaissons », a encore souligné M. Astruc.

Lire aussi : Fausses alertes à la bombe : vingt-deux enquêtes en cours, selon Eric Dupond-Moretti

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.