Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Capable dans un même match du meilleur (souvent), du moins bon (parfois), mais aussi du pire (plus rarement), l’équipe de France de handball s’avance vers les demi-finales de l’Euro sans étiquette sur le dos. Ni favoris ni outsiders, les Bleus peuvent néanmoins revendiquer une certaine constance dans la haute performance, avant d’affronter la Suède, vendredi 26 janvier à Cologne (Allemagne) : les voilà qualifiés pour la cinquième fois de suite pour le dernier carré d’une des trois grandes compétitions de handball – série dont le début correspond avec la nomination de Guillaume Gille au poste d’entraîneur, il y a quatre ans.

Premiers aux JO de Tokyo, en 2021, quatrièmes et deuxièmes aux Mondiaux 2021 et 2023, quatrièmes à l’Euro 2022, ils devront, pour l’emporter en Allemagne, composer avec une malédiction héritée de leurs prédécesseurs, Barjots, Costauds et autres Experts : jamais l’équipe de France – malgré trois victoires continentales (2006, 2010, 2014) – n’a gagné un Euro lorsque cette compétition était organisée la même année que les Jeux olympiques. A six mois des JO de Paris, où ils remettront leur titre en jeu, les hommes du capitaine Luka Karabatic ont l’occasion de démontrer que la fatalité n’existe pas au pays de la petite balle collante.

Avant d’affronter la Suède, un match sans enjeu attendait les Bleus, mercredi 24 janvier, face à la Hongrie. Comme un parfum de déjà-vu flottait à Cologne : les champions olympiques en titre ont mal commencé la rencontre (-3) avant de se détacher (+5) en développant leur jeu rapide sur « grand espace » leur spécialité – puis de mal terminer la première mi-temps (20-18). La revue d’effectif souhaitée par Guillaume Gille a finalement permis d’offrir du temps de jeu à ceux qui en avaient eu peu jusque-là, et l’emporter avec sérieux 35-32. « Ce fut un vrai match », indique le sélectionneur, manière de ne pas minimiser la qualité de l’opposition.

La Suède relancée

La Suède sera un adversaire plus coriace. L’équipe entraînée depuis 2020 par le Norvégien Glenn Solberg a fini de courir après un passé glorieux, marqué par quatre titres mondiaux qui commençaient à sentir un peu la poussière (entre 1954 et 1999) et le souvenir d’un des plus grands joueurs de l’histoire du handball, Magnus Wislander (386 sélections, 1 191 buts). Une victoire à l’Euro 2022 a relancé la formation emmenée par le demi-centre Jim Gottfridsson (élu meilleur joueur de la compétition cette année-là) et composée quasi exclusivement de joueurs évoluant dans des clubs étrangers (allemands pour un grand nombre).

Il vous reste 60% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.