Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

FRANCE 3 AUVERGNE-RHÔNE-ALPES – SAMEDI 2 MARS À 12 H 50 – MAGAZINE

« Bienvenue dans ma ruine ! » C’est par ces mots que le prince Charles-Henri de Lobkowicz accueille Loïc Ballet et sa bande d’« En vadrouille », sur le perron du méconnu Grand Fourchaud (1480). Bienvenue à Besson (Allier), première des quatre étapes de cet épisode consacré à la vie de château, qui inaugure la nouvelle saison. Le protocole voudrait qu’on appelle « monseigneur » ce descendant des Bourbons – par sa mère. « Mais pour toi, ce sera Charles-Henri », dit-il à Loïc Ballet.

Souriant, sautillant et extraverti, Loïc Ballet est connu de tous dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, qu’il sillonne depuis ses débuts de journaliste. D’abord pour France Inter (il a fait ses armes gastronomiques au côté de Jean-Pierre Coffe), puis pour « Télématin », sur France 2, où il tient chronique culinaire les mercredis et vendredis.

Après trois saisons d’« En vadrouille », la formule 2024 s’installe le samedi midi et double sa durée, sans toucher à ce qui a fait son succès : la 2 CV de Citroën, dans laquelle s’installent le présentateur, la journaliste Agathe Audureau et les deux cameramans, Romain Durand et Xavier Pelofy. Leur décontraction rend plus ludique le fond historique – sur l’Allier, sur le Bourbonnais, terre des derniers rois de France, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI…

Une maison « couleur du temps »

Après un hommage appuyé aux bénévoles qui restaurent sa forteresse, le prince Lobkowicz poursuit la visite, avec humour, par les châteaux de Bostz (prononcer « Bo ») puis du Vieux Bostz, que « les enfants du village appellent le village Schtroumpf ». Il redevient sérieux pour montrer la dernière photo de l’impératrice Sissi vivante : « Trois minutes après, elle traverse la rue, et elle est poignardée » (à Genève, le 10 septembre 1898).

Changement total d’ambiance à Venas (Allier), chez Chop, artiste peintre qui a transformé sa maison « couleur du temps » en œuvre artistique, avec des volets en forme d’ailes et des « vélos-portraits ». Avant de découvrir une autre forme de fantastique au château de Peufeilhoux, de Claude Thévenin. Malin et drôle, le vieux monsieur ne se ménage pas, entre les locations de chambres d’hôte – de rêve –, les mariages et la reconstitution d’un tombeau égyptien, à partir des merveilles rapportées par ses aïeux.

Même la bande-son part en goguette, passant d’une valse de Vienne à David Bowie, puis à Douce France, de Charles Trenet, pour annoncer l’ultime étape, en bordure de la nationale 7, au château de La Palice, à Lapalisse. La propriété est dans la famille de Jacques de Chabannes depuis six siècles, et ouverte au public depuis 1952. « Lorsque l’on a la chance de posséder un tel patrimoine, on se doit de le partager avec le plus grand nombre », assure-t-il. Une noble devise pour un « En vadrouille » qui évite joyeusement l’écueil touristique et donne envie d’évasion.

« En vadrouille. La vie de château », présenté et réalisé par Loïc Ballet (Fr., 2024, 26 min). En replay sur France.tv jusqu’au 30 juin.

Réutiliser ce contenu

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.