Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

Judith Suminwa Tuluka, ministre du plan, a été nommée première ministre de la République démocratique du Congo (RDC), selon une annonce officielle faite, lundi 1er avril, à la télévision nationale, un peu plus de trois mois après les élections du 20 décembre 2023 remportées par le président sortant, Félix Tshisekedi.

Première femme nommée à la tête du gouvernement de RDC, Mme Suminwa Tuluka succède à Jean-Michel Sama Lukonde, premier ministre depuis février 2021, qui avait présenté sa démission le 21 février.

Agée d’une cinquantaine d’années, titulaire d’une maîtrise en économie, elle va devoir mettre en œuvre les engagements du second mandat de Félix Tshisekedi, dans un contexte sécuritaire toujours aussi tendu.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Félix Tshisekedi, président de la RDC : « Le Rwanda n’est pas seul responsable des malheurs du Congo »

Un second mandat pour Félix Tshisekedi

Au pouvoir depuis janvier 2019, Félix Tshisekedi, âgé de 60 ans, a été largement réélu, le 20 décembre 2023, pour un second mandat de cinq ans, remportant plus de 73 % des voix des électeurs lors d’élections générales qualifiées de « simulacre » par l’opposition. Les partis le soutenant ont obtenu plus de 90 % des sièges à l’Assemblée nationale, ce qui lui donne toute latitude pour mener sa politique.

Durant la campagne électorale, le président sortant avait appelé ses compatriotes à lui donner un nouveau mandat pour « consolider les acquis » du premier, en mettant notamment en avant la gratuité de l’enseignement primaire.

Il promettait de créer des emplois, de diversifier l’économie et développer l’agriculture, de poursuivre son plan de développement du Congo profond, de protéger le pouvoir d’achat des ménages. Car tout en ayant un sous-sol immensément riche en minerais, la RDC reste une des nations les plus pauvres au monde, avec les deux tiers de sa population (autour de 100 millions d’habitants) vivant sous le seuil de pauvreté.

Les Nations unies estiment par ailleurs qu’environ 7 millions de personnes sont « déplacées internes » à cause des conflits, en particulier dans l’Est, en proie à des violences armées depuis trois décennies.

Dès le début de son premier mandat, Félix Tshisekedi avait promis de tout faire pour rétablir la paix, ce qu’il n’est pas parvenu à faire. La situation s’est même détériorée dans le Nord-Kivu, en proie depuis plus de deux ans à une nouvelle rébellion du Mouvement du 23 mars, qui, avec le soutien du Rwanda voisin, s’est emparé de vastes pans de la province.

Voir aussi | M23 au Nord-Kivu : comment l’est de la RDC plonge dans un effroyable chaos

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.